Où va l’économie mondiale ?

n’y a pas de raisons d’être très optimistes pour l’économie mondiale sur les prochaines années, les cycles et configurations planétaires étant peu favorables. Pour autant, une vraie catastrophe à l’image de celle des années 1930 paraît peu probable car la situation est beaucoup moins négative.

Pour apprécier la situation économique globale, l’astrologie moderne utilise deux outils :

– Les cycles planétaires principaux qui concernent les planètes Jupiter, Saturne, Uranus, Neptune et Pluton : la croissance d’un cycle entre deux planètes est positive (de la conjonction de 0° à l’ opposition de 180° entre deux planètes); et la décroissance du même cycle est négative (de l’opposition de 180° à la prochaine conjonction de 0°).

– Les relations ou aspects directs entre les planètes dont les effets sont les plus importants, à savoir entre Uranus, Neptune et Pluton. Ceux de Jupiter et Saturne apportent des nuances supplémentaires.

Les 3 cycles « majeurs » favorables

Les cycles « majeurs » concernent les tandems Uranus-Neptune, Uranus-Pluton et Neptune-Pluton. Tous les trois sont « croissants » dans la période actuelle et sont donc positifs. Sur ce plan, par exemple, la situation « globale » est bien meilleure que dans les années 1930 ou deux de ces cycles sur trois (Uranus-Neptune et Uranus-Pluton) étaient décroissants et donc aux effets fort malheureux.

Il y a donc un soutien indiscutable à l’économie mondiale de la part des cycles « majeurs ». C’est un apport de fond, mais il ne saurait à lui seul garantir une croissance suffisante, saine et équilibrée…

Les 7 cycles « mineurs » de plus en plus défavorables

Les autres cycles sont d’ailleurs quasiment tous « décroissants », ce qui ne peut que créer de nombreuses difficultés. On trouve par leur examen détaillé un certain nombre des raisons qui expliquent la médiocre situation économique actuelle.

Saturne est en phase décroissante avec Pluton depuis 2001, ce qui a initialement correspondu au krach Internet. Le choc a été surmonté en grande partie sur les années suivantes (2003-2007), mais la planète aux anneaux est ensuite passée en phase « décroissante » avec Neptune en 2006-2007 (crise des subprimes) puis avec Uranus en 2008 (récession généralisée dans les pays développés).

A partir de 2008, les trois cycles saturniens sont donc devenus décroissants, ce qui a constitué un puissant frein au développement économique. Sept ans plus tard, en 2016, ces blocages sont toujours présents…

Les cycles de Jupiter (quatre au total) sont eux aussi en passe de devenir tous décroissants :

Cela a d’abord été le cas avec Saturne en 2010-2011, freinant la reprise née des plans de relance de 2008-2009 et commençant à ouvrir la grave crise européenne, autant économique que politique. Ces deux planètes concernent en effet historiquement le Vieux Continent de façon spécifique.

Cela a continué avec l’entrée en décroissance du cycle Jupiter-Pluton en 2013, puis de celui de Jupiter-Neptune en 2015 et cette année, apportant globalement la persistance de problèmes impossibles à résoudre. Jupiter-Neptune concernant spécialement la France par ailleurs, on a vu la crise économique et politique de la présidence Hollande prendre une tournure de plus en plus sévère et même dramatique avec une surfiscalité provoquant un chômage encore plus massif et la déconfiture de l’Etat.

A partir de l’an prochain, le dernier cycle encore favorable (Jupiter-Uranus) va lui aussi devenir décroissant. Ce changement de cap (opposition de 180° entre les deux planètes) est le plus souvent très saillant et l’un des plus réactif sur les marchés boursiers qui risquent donc de belles déconvenues. La croissance mondiale pourrait encore plus faiblir…

 Majorité de cycles négatifs jusqu’à la charnière de 2020

Par conséquent, tous les cycles de Jupiter et Saturne seront donc décroissants à partir de 2017. On peut en tirer comme conclusion qu’ils pénaliseront de plus en plus lourdement l’économie mondiale. La longue crise économique née des subprimes en 2006-2007 devrait donc se poursuivre avec de nouveaux développements. Heureusement que les trois cycles majeurs entre Uranus, Neptune et Pluton seront toujours favorables : cela permettra probablement à l’économie mondiale de continuer à surnager comme elle le fait depuis 2009.

A titre de comparaison, les années 1930 ont connu la décroissance négative de 9 cycles sur 10 entre les planètes les plus importantes de Jupiter à Pluton. A partir de l’an prochain, il n’y aura que 7 cycles négatifs sur 10. Pour souligner la différence un peu plus, les 3 cycles croissants et donc positifs demeureront les plus importants (d’Uranus à Pluton).

Cette situation ne changera pas avant 2020 (nouveaux cycles croissants et donc favorables de Jupiter et Saturne avec Pluton). La mauvaise situation actuelle ne commencera donc à s’inverser qu’à partir de cette échéance : cela permet d’envisager la fin de la crise actuelle qui aura alors duré de 2007 à 2020, soit pendant treize longues années.

Deux confrontations planétaires redoutables

Pour continuer l’analyse, on peut observer que la planète Uranus apporte de surcroît des problèmes supplémentaires. Elle est en effet en confrontation avec Pluton (carré de 90° de 2012 à 2017) puis avec Neptune (demi-carré de 45° de 2017 à 2019).

Un choc Uranus-Pluton pousse historiquement aux dépressions économiques et au protectionnisme, aux conflits armés et à la déliquescence des partis politiques traditionnels qui favorise la montée de formations non conventionnelles sur la droite de l’échiquier, voire à des partis ouvertement de type fasciste.

Depuis 2012, on a bien assisté à ces différents phénomènes, notamment avec la chute sévère de la croissance mondiale et en particulier dans les pays émergents comme la Chine. Heureusement, ce duel Uranus-Pluton est beaucoup moins sévère qu’il ne l’était dans les années 1930. Il y avait alors également un carré négatif de 90° entre ces deux planètes, mais le cycle Uranus-Pluton était alors « décroissant » alors qu’il est « croissant » aujourd’hui….

Cette confrontation va commencer à se diluer en 2017, ce qui signale une nouvelle étape dans la longue crise depuis 2007. Car si Uranus va s’éloigner de sa mauvaise relation à Pluton, il va commencer à se confronter avec Neptune pendant deux longues années !

Le choc Uranus-Neptune, toujours historiquement, produit généralement de l’inflation et la montée en puissance de formations sectaires d’extrême-gauche. Le sanglant Pol-Pot cambodgien, par exemple, avait pris le pouvoir au milieu des années 1970 sur une configuration identique (un demi-carré de 45°). Celle-ci était néanmoins beaucoup plus négative que sur les années à venir, car le cycle Uranus-Neptune était alors décroissant.

On peut donc s’attendre dés l’an prochain à une certaine poussée de l’inflation et une croissance toujours assez faible comme maladivement gonflée par une certaine hausse des prix. Par ailleurs, les banques centrales dépendant étroitement de Neptune, il est probable que la contestation ou les déceptions à cause de leurs politiques de planche à billets soient de plus en plus fortes. On en a déjà eu un aperçu cette année à cause de Saturne et Neptune (en carré fort malheureux toute l’année), mais cela risque fort de prendre une dimension plus radicale avec le choc Uranus-Neptune qui est beaucoup plus puissant dans ses effets. Une telle situation avec des banques centrales malmenées, et plongées dans un brouillard typiquement neptunien quand la planète est mal disposée, risque donc de se renforcer et de durer jusqu’en 2019.

Un facteur de soutien non négligeable

Heureusement, le cycle planétaire le plus important, entre Neptune et Pluton, demeure lui croissant et donc « globalement » favorable. Par ailleurs, les deux planètes sont en harmonie depuis 2012 et jusqu’à 2020 par le biais d’une relation positive de 54° (angle képlérien).

Ce joli tandem a certainement évité un accroissement trop puissant de la crise depuis 2012. Neptune étant concerné, on a pu aussi voir que les efforts des banques centrales ont jusqu’ici permis d’atténuer partiellement une crise mondiale qui aurait pu être plus sévère. Le résultat est assez laborieux, mais il n’est pas nul. Cette situation a de bonnes chances de se poursuivre jusqu’à la fin de la crise en 2020, les banques centrales, malgrès les échecs et les critiques à cause d’Uranus-Neptune, pouvant dans ce cas continuer avec Neptune-Pluton à apporter quelques remèdes partiels pour endiguer encore une détérioration trop vive de la situation.

 Vers une nouvelle révolution industrielle à partir de 2020…

L’année 2020 risque d’être fort tendue et mouvementée, autant au plan économique qu’international et notamment militaire. En effet, Jupiter et Saturne vont achever leur cycle « décroissant » avec Pluton, ce qui entraîne généralement de très vives tensions.

Mais le trio Jupiter-Saturne-Pluton va rapidement former une triple conjonction de 0°, amorçant ainsi le départ de trois nouveaux cycles « croissants » et donc positifs (Jupiter-Pluton, Saturne-Pluton et Jupiter-Saturne). Il y a aura donc six cycles positifs (avec Uranus-Neptune, Uranus-Pluton et Neptune-Pluton) sur les dix au total de Jupiter à Pluton. Cela devrait donc très probablement constituer une charnière capitale et mettre un terme à la crise économique actuelle.

On peut même envisager une nouvelle révolution industrielle de 2020 à 2040, car les cycles et les configurations planétaires favorables vont s’enchaîner à un rythme rapide tout au long de ces vingt années. Il reste cependant trois années de crise à subir et, le plus souvent, on sait que ce sont les fins de mauvaises périodes qui sont les plus difficiles à supporter et les plus lourdes de déconvenues…

 

Position au 27 octobre 2016 des cinq planètes les plus importantes du système solaire pour le devenir de la Terre

 

carte_du_ciel_ephemeride_27-10-16

Un lunaison inquiétante

La Nouvelle Lune du 2 septembre n’est pas belle : elle risque tout à la fois de déclencher des problèmes économiques et financiers, tout en favorisant les menées islamistes de toute sorte ainsi que de possibles attentats sur la première quinzaine du mois.

Sur le fond, Saturne agresse directement Uranus et Neptune et la Nouvelle Lune va mettre en valeur ce grand conflit planétaire. On risque donc d’aboutir dans plusieurs domaines à une situation très tendue, voire de crise, autour de l’échéance de cette lunaison.

En premier lieu, les marchés financiers risquent d’être déçus par les banques centrales. C’est déjà le cas depuis le début de l’été, mais cela pourrait prendre une plus grande ampleur et on pourrait aussi s’interroger sur la santé réelle de l’économie américaine.

En second lieu, les menées islamistes ou même islamo-gauchistes de toute nature se trouvent favorisées. C’est en fait déjà le cas, notamment en France où le Conseil d’Etat si idéologisé, qui fait fi des libertés en matière fiscale, de droit de propriété ou de liberté de la presse, trouve tous les prétextes pour à l’inverse encourager les menées islamistes comme avec le « burkini ».

Avec la lunaison du 1er septembre, on peut redouter bien d’autres menées islamistes d’envergure et même des attentats car la période y est favorable. Comme elle l’était en juillet avec les attentats de Nice ou ceux de novembre à Paris, à cause du choc Saturne-Neptune qui se reproduit une nouvelle fois de façon parfaite le 10 septembre.

La France, et dans une moindre mesure la Grande-Bretagne, sont également sensibles à ce mauvais climat. La médiocrité politique française risque à nouveau de s’étaler au grand jour sur les prochaines semaines et, probablement, le pouvoir de François Hollande et Manuel Valls devrait encore provoquer de lourdes critiques contre sa gestion si clientéliste et dénuée du sens de l’intérêt général.

 

Graphique de la Nouvelle Lune du 2 septembre pour Paris

 

carte_du_ciel_EphÈmÈride_1.09.16

Nouveau krach boursier

En une seule semaine, les marchés d’actions européens ont perdu environ -10%… Après celui de l’hiver dernier, il s’agit d’un nouveau krach rampant. Les raisons en sont nombreuses et à la mesure des détestables configurations planétaires actuelles :

– Le recul de la croissance mondiale, qui est stimulé par le grand conflit entre les planètes Uranus et Pluton.

– La grave crise politique européenne avec la menace du « Brexit » contre la bureaucratie effrénée de Bruxelles, qui est encouragé par le très mauvais tandem que forment Jupiter et Saturne.

– Les doutes et déceptions provoquées par les banques centrales, qui sont nées de l’horrible trio que forment Jupiter avec Saturne contre Neptune.

Tout cela forme un cocktail explosif, que représente fort bien notre graphique ci-dessous : les traits rouges forment un grand carré destructeur, doublé d’une croix non moins inquiétante. Il s’est formé de façon parfaite avec la Nouvelle Lune du dimanche 5 juin et le krach a franchement débuté à partir du lundi 6 juin…

Ces configurations sont puissantes et laissent la place à la poursuite de la débandade des marchés boursiers, au moins jusqu’au référendum britannique et quelqu’en soit le résultat.

Relevons par ailleurs qu’Uranus et Pluton encouragent les crimes crapuleux et que Saturne et Neptune favorisent par ailleurs de façon plus spécifique les horreurs des barbares islamistes. Il n’est donc pas étonnant de voir également cette mauvaise période sinistrée par les attentats d’Orlando aux Etats-Unis ou les meurtres ignobles de policiers en banlieue parisienne.

Carte du ciel du dimanche 5 juin et début du krach le lendemain…

carte_du_ciel_theme_3

Tuerie d’Orlando

Le massacre islamiste d’Orlando vient de se produire à quelques jours d’un second carré « exact » Saturne-Neptune, qui aura lieu le samedi 18 juin précisément. On ne peut que relever, que la tuerie très similaire de Paris du 13 novembre dernier, était également intervenue peu avant le premier carré « exact » Saturne-Neptune du 26 novembre précisément.

La mauvaise situation du cycle actuel Saturne-Neptune (cycle décroissant et donc destructeur arrivé à la très mauvaise étape de son carré) reflète parfaitement le nihilisme monstrueux des adeptes de l’islamisme terroriste.

Sur le fond, cette forme de terrorisme est également et à l’origine encouragé par un mauvais Pluton, actuellement stimulé par le carré d’Uranus. Un mauvais Pluton conduit notamment aux crimes les plus abominables, aux plus basses pulsions humaines et à l’horreur absolue. C’est bien le cas…

Ce terrorisme islamiste n’est évidemment pas terminé. Toutes les analyses politiques vont dans le sens de sa poursuite et l’astrologie l’envisage également.

Sur ce mois de juin, le carré Saturne-Neptune peut provoquer d’autres tueries ou au moins d’autres menaces alarmantes d’attentats. L’été prochain sera également concerné, car cette mauvaise configuration va demeurer très active. Et on peut surtout s’inquiéter pour la fin août et le mois de septembre, car Saturne et Neptune formeront alors un dernier carré « exact » le 10 septembre.

C’est ce mauvais Neptune qui stimule les terroristes liés peu ou prou à l’Etat Islamique. Dans ces conditions, même si le conflit central entre Uranus et Pluton va se dissiper à partir de 2017, on ne peut pas se réjouir de voir qu’Uranus va s’en prendre à son tour à Neptune de façon agressive (demi-carré) en 2017 et 2018. Cela peut conduire à bien d’autres scènes de carnage.

Pour autant, l’Etat Islamique ne cesse de subir de graves revers sur le terrain, comme nous l’avions envisagé après les attentats de Paris. Il a déjà perdu beaucoup de territoires en Syrie et surtout en Irak, tandis que les désertions dans ses rangs paraissent se multiplier. Ce recul de la plateforme terroriste a de bonnes chances de se poursuivre, et peut-être cela pourrait même conduire à la quasi disparition de ce soi-disant Etat fanatique en 2017. Mais cela ne veut pas dire qu’il n’en subsistera pas des mouvances terroristes diverses ou des « loups solitaires » assoiffés de massacres.

La disparition possible de ce terrorisme pourrait en revanche commencer lors du renouvellement du cycle entre Saturne et Pluton en 2020. C’est en effet Pluton qui est au coeur de cette barbarie et l’avait d’ailleurs déclenchée en 1982 avec les premiers attentats et assassinats d’Occidentaux au Liban.

Carte de la tuerie d’Orlando, mettant bien en valeur le carré Saturne-Neptune, y compris avec la Lune…

carte_du_ciel_theme_3

L’Europe sans boussole !

L’Europe semble avoir perdu tout repère crédible et son économie comme sa construction politique traversent des vents de tempête : la faute à Jupiter et Saturne !

Ces deux planètes ont toujours rythmé les temps forts de l’Europe.

Avec le début « constructif » du cycle (conjonction) en 2000, on a assisté à un élargissement échevelé de l’Union Européenne. Mais avec le début de sa seconde partie « destructrice » (opposition) en 2011, les revers d’une politique trop ambitieuse sont vite apparus.

La grande crise économique depuis 2007 accroît les difficultés européennes et sa construction politique est aujourd’hui remise en cause. Ce printemps donne ainsi lieu à une situation de crise, d’autant plus aiguë que Jupiter et Saturne en sont arrivés à l’étape douloureuse de leur dernier carré de 90°.

Les conséquences en sont puissantes et la présidentielle autrichienne résume sans doute tous les maux dont souffre l’Europe : contestations croissantes contre la vague ingérable des Migrants, menace d’un « Brexit » le mois prochain, enlisement de l’ Europe dans sa politique bureaucratique et tatillonne comme dans sa volonté si technocratique d’une expansion sans raisons ni objet, divisions et dissensions de plus en plus profondes entre pays membres, tentatives séparatistes comme en Catalogne ou en Ecosse, etc….

Dans ces conditions d’implosion européenne, les partis traditionnels (conservateurs ou socio-démocrates) se retrouvent sur la sellette et les formations populistes ou d’extrême-droite, du Nord au Sud du Continent, ont le vent en poupe et accumulent des succès de plus en plus spectaculaires. Cette forme d’hyper-conservatisme menace tout simplement de ruiner les bases mêmes de ce qui a fondé dans les années 1950 et 1960 la construction européenne. Malheureusement, on s’aperçoit que l’idéal européen de l’après-guerre a finalement accouché d’un monstre bureaucratique désormais ingouvernable et d’une économie anesthésiée…

Cette crise européenne connaît durant ce printemps une nouvelle et puissante accélération. Elle menace d’entraîner une dislocation bien plus sérieuse que l’explosion de l’espace Schengen ces derniers mois, même si l’on peut douter d’un « Brexit » car le scrutin britannique bénéficiera peut-être d’une influence planétaire Jupiter-Pluton apaisante sur la fin juin.

Toujours est-il que l’heure est à la remise en question de l’Union Européenne sous sa forme et ses objectifs actuels. Un tel mouvement, sur le fond et en dehors de périodes de crises ouvertes comme durant ce printemps, devrait perdurer jusqu’en 2020 et la formation d’un nouveau cycle Jupiter-Saturne. En fait, une refondation européenne peut-être plus crédible n’aura probablement pas lieu avant cette échéance. D’ici là, l’Europe devrait continuer à être malmenée très sérieusement…

 

Graphique du carré Jupiter-Saturne du jeudi 26 mai 2016

 

carte_du_ciel_theme_3

La France en perdition

La situation politique et sociale s’aggrave : pays paralysé par les habituels lobbys syndicaux de l’Etat depuis le début de la semaine, violences multiples des gauchistes-casseurs, paralysie totale de l’exécutif et impopularité sans précédent de l’équipe de gauche au pouvoir.

Nous l’avions bien cerné, une opposition Jupiter-Neptune ne passant jamais inaperçue au plan politique et social en France.

La situation est donc désormais à hauts risques et les conséquences difficilement prévisibles. Chaque jour qui passe, désormais, peut entraîner des bouleversements totalement inattendus la veille…

L’extrême-gauche cherche un nouveau mai 68. Mais la situation ne s’y prête pas du tout. Les violences et même les délires des contestataires de gauche les isolent totalement de l’opinion. Cette dernière a même entièrement basculé à droite, y compris une large majorité d’ électeurs socialistes comme le montrent tous les sondages. Le fossé est donc béant entre ce que l’on voit ou ce que l’on entend et… les aspirations réelles du pays.

Il y a donc une crise politique majeure, évidemment bien plus profonde et sérieuse que les vociférations des nihilistes. A l’origine, un pays en pleine décomposition à cause du chômage de masse, de la destruction de richesses par un fiscalisme confiscatoire, de l’absence totale de réformes structurelles pour ne pas déplaire aux différentes clientèles électorales.

Cette crise était inscrite dans l’opposition Jupiter-Neptune, aggravée par la mauvaise position de Saturne qui forme un très mauvais T-carré à Jupiter et Neptune…

A présent, il reste à voir si des bouleversements réels peuvent en résulter concrétement et notamment au plan politique. Les violences vont se poursuivre, c’est évident. Mais au-delà de cette sorte d’écume marginale, peut-on se diriger vers une dissolution de l’Assemblée Nationale par exemple ? Compte tenu de la situation anarchique actuelle et du pourissement politique de l’exécutif, on peut au moins se poser la question. Même s’il n’y a pas de réponse pour le moment…

Carte de la puissante opposition Jupiter-Neptune, lourdement renforcée par Saturne.

 

carte_du_ciel_EphÈmÈride_19-05-16

La faute à Neptune !

Les indices boursiers sont repartis à la baisse depuis la fin avril. Et si l’on regarde le pauvre Neptune, on se dit qu’il y a la place pour descendre bien plus bas !

Plusieurs éléments poussent les marchés à la baisse et, en premier lieu, la baisse continuelle de la croissance mondiale depuis environ trois ans. C’est la marque du grand conflit entre Uranus et Pluton, qui est de nature « récessionniste » même si cela ne conduit pas toujours à de franches dépressions économiques. Mais au minimum à un sévère coup de frein sur la croissance…

En second lieu, les banques centrales ne convainquent plus et cela pourrait bien s’aggraver. La faute en revient cette fois à Neptune, qui représente notamment ces banques centrales et subit en ce moment de plein fouet une opposition de plus en plus agressive de Jupiter. De surcroît, pour ne rien arranger, Saturne est lui-même en conflit latent et de longue durée avec notre malheureux Neptune.

Les banques centrales, en activant de monstrueuses planches à billets, n’ont en fait pas réussi à relancer franchement et durablement la croissance mondiale. Celle-ci demeure globalement très morose.

Les marchés financiers, ne considérant le problème que par le petit bout de la lorgnette, attendent toujours plus des banques centrales. Ils réclament en fait que l’on paye généreusement les investisseurs pour leurs crédits, alors que la logique économique est évidemment inverse ! Mais on est en train de s’apercevoir que les banques centrales ont épuisé leurs munitions et, bientôt, elles pourraient peut-être s’affoler elles-mêmes d’avoir joué aux apprentis sorciers…

Neptune, en tout cas, n’a pas fini d’en baver durant ce printemps et même plus tard. On va ainsi voir jusqu’où tout cela peut bien nous mener, mais l’accentuation de la crise financière qui est revenue il y a un an sur les devants de la scène paraît probable.

L’une des premières victimes est pour le moment le dollar, qui subit de surcroît le choc puissant entre Jupiter et Saturne. La compétitivité de l’euro, encouragée par la Banque Centrale Européenne (BCE) depuis un an et demi, est en train de se retrouver réduite à néant. Mais il est douteux que les Etats-Unis en profitent vraiment, car c’est la crédibilité de leur devise et donc de tous leurs actifs financiers qui risque de se retrouver en jeu avec la baisse généralisée du dollar. On approche de l’imbroglio le plus complet.

Tout cela rend difficile le traité de libre-échange entre les Etats-Unis et l’Europe, Uranus et Pluton ne poussant vraiment pas en faveur d’un commerce libéralisé et encore moins équitable. L’Europe, également victime du conflit entre Jupiter et Saturne, a déjà prouvé son incapacité à gérer l’afflux anarchique des Migrants. Une autre source de crise vient de surgir avec ces négociations commerciales et, finalement, c’est à un écartèlement de la construction européenne que l’on assiste sur fond de déflation latente de l’économie du Vieux Continent. La crise européenne est bien réelle, même si le Brexit ne paraît pas forcément encouragé par le mouvement des astres.

Enfin, la décrépitude politique la plus profonde continue de malmener la France, un pays qui a faussement cru que la taxation clientéliste accumulée depuis 40 ans pouvait rimer avec croissance économique et sociale. Il n’en est évidemment rien, c’est l’inverse qui se produit et la dernière goutte d’eau a fait déborder le vase. La ruine du pays est en marche accélérée.

La France vibrant étroitement au rythme de Jupiter et Neptune, on se demande bien ce qui va ressortir de leur opposition si violente de ce printemps. On en voit déjà les prémisses avec le mouvement « Nuit debout » de ceux qui n’ont pas besoin de se lever le matin pour travailler. Un tel gauchisme nihiliste par essence peut se développer pour mener au chaos le plus complet, c’est une première possibilité.

Cependant, les oppositions entre Jupiter et Neptune ne mènent pas toujours à des contestations « à la gauche » du pouvoir en place. Cela représente surtout une charnière potentielle pour le pays et, parfois, cela conduit à des changements politiques radicaux dans la douleur. On y est peut-être et, en tout cas, les six prochains mois seront déterminants. A cet égard, il n’est pas sûr que le chemin menant à la présidentielle de 2017 se déroule comme c’est habituellement le cas. Pour gouverner, encore faut-il avoir une majorité à l’Assemblée Nationale et on peut au moins se demander si c’est encore le cas. De toute façon, la France risque de connaître une très grave crise politique et sociale sur les prochains mois à cause de Jupiter et Neptune, l’astrologie étant seulement incapable d’indiquer précisément par quels cheminements précis.

 

Graphique de l’opposition Jupiter-Neptune au 9 mai 2016, quand elle commencera à entrer dans sa phase la plus dure.

 

carte_du_ciel_theme_5

Faut-il s’inquiéter du virus Zika ?

Un mauvais Neptune conduit toujours à l’apparition de virus et parfois de véritables pandémies. Il n’est donc pas étonnant de constater le développement du virus Zika, alors que la planète Neptune subit le double choc de Jupiter (opposition) et de Saturne (carré).

Nous ne sommes d’ailleurs qu’au début de cette influence… Elle sera beaucoup plus forte au printemps prochain et à nouveau à la fin de l’été. Pour le moment, on constate seulement le développement du virus Zika mais il est possible que d’autres virus puissent faire leur apparition rapidement.

Il ne semble pas que Zika soit très dangereux, sauf exceptions pour les femmes enceintes et sa combinaison avec certaines maladies. Il ne paraît pas non plus très contagieux, même si l’Onu a décrété un état d’urgence sanitaire.

Que ce soit à cause de Zika ou d’un autre virus, on peut en tout cas se dire que l’on n’a pas fini d’en parler ni de se faire peur et peut-être de le subir. Cependant, même s’il devait y avoir une véritable pandémie, on peut douter que cela soit vraiment dramatique ou durable. En effet, le choc que subit Neptune cette année n’est pas le plus terrible en matière de propagation des virus.

Il en irait différemment si Jupiter approchait fort négativement d’une conjonction à Neptune, comme ce fut par exemple le cas pour la grippe espagnole qui a fait environ 30 millions de victimes autour de 1920. Ce n’est pas le cas cette année, fort heureusement. Si les virus sont à redouter au cours des prochains mois, on peut cependant douter qu’ils entraînent une catastrophe sanitaire vraiment historique.

Carte du ciel en mai prochain, période d’agression maximale de Neptune

carte_du_ciel_theme_3

Krach larvé

La crise des marchés d’actions a atteint sur ce mois de janvier une ampleur nouvelle, le CAC 40 ayant par exemple chuté de -25% environ depuis ses sommets d’avril 2014. La chute de croissance des pays émergents et les liquidités trop abondantes déversées par les banques centrales ont conduit à de sérieux déséquilibres économiques et financiers.

C’est bien la marque à notre avis du conflit planétaire entre Uranus et Pluton qui pousse au ralentissement de la croissance et même aux récessions, tout en apportant les désordres financiers et les conflits d’intérêts entre Nations ou continents les plus sérieux.

Lors de leur dernier choc en 1987, beaucoup moins important d’ailleurs, les planètes Uranus et Pluton avaient fini par provoquer un krach historique au mois d’octobre sur les marchés d’actions. Globalement, ils avaient chuté de l’ordre de -40% et une récession généralisée avait été évitée de justesse.

Cela donne un repère pour apprécier les conséquences de la crise actuelle des marchés. Celle-ci a débuté en avril 2014, lors de la formation exacte du grand carré négatif de 90° entre Uranus et Pluton. Les troubles économiques et financiers ne sont pas terminés et il reste maintenant à en apprécier les conséquences précises.

Carte du ciel le lundi 18 janvier

carte_du_ciel_EphÈmÈride_18-01-16

Jusqu’où ira la chute d’Hollande

François Hollande va subir d’ici une semaine le début du grand carré Uranus-Pluton en plein contre son opposition natale Lune-Jupiter. En plus, il a été élu sur une opposition Lune-Jupiter en mai 2012, ce qui signifie que cela va réveiller le pire de son thème astrologique au plan politique.

Pour affiner un peu, une opposition Lune-Jupiter chez un individu, cela revient à dire que ses ambitions (Jupiter) ne sont pas en phase avec ce que les autres (la Lune) attendent de lui. Je vous laisse traduire cela au plan politique… Sa cote de popularité en témoigne depuis son élection !

On le sait par ailleurs manipulateur et combinard, mais cela non plus ne marchera pas du tout cette année : Neptune (le socialisme) est en conflit avec son Neptune natal (si bureaucratiquement socialiste avec sa conjonction natale Saturne-Neptune en conflit désastreux avec sa fameuse opposition Lune Jupiter…).

Bref, les mauvais et multiples reniements actuels (économie, immigration, sécurité, etc.) ne serviront à rien, c’est en fait un type complètement paumé qui va être le jouet des événements ! Cela revient aussi à dire qu’il cherche à s’adapter, mais que c’est trop tard : il aura toujours un train de retard.

Au final, il est certes difficile de prévoir exactement ce que cela annonce concrètement au plan politique. Mais on peut tout imaginer, même l’impensable aujourd’hui…

On peut aussi relier cette étape sans doute capitale et désastreuse pour sa vie politique et personnelle avec un des grand conflits planétaire actuel (Jupiter et Saturne en choc frontal avec Neptune) qui signe les périodes les plus difficiles pour la France (1968 par exemple). Parfois même les plus noires, comme l’accession au pouvoir du régime de Vichy en 1940…

En résumé, on n’a pas tout vu jusqu’à présent, ces influences devant perdurer tout au long de 2016… On peut juste se demander, à propos d’Hollande, ce qu’il va bien devenir sur les prochains mois. En tout cas, les astres lui promettent un avenir proche des plus douloureux. Cela va bientôt débuter, le pire est loin d’être derrière lui !

Carte du ciel natale de François Hollande :

carte_du_ciel_FRANCOIS_HOLLANDE-2

Les lourdes menaces plutoniennes

Les effets du choc frontal entre les planètes Uranus et Pluton sont avant tout de nature « récessionnistes ». Or, on constate des dangers croissants pour la croissance mondiale : les bourses en subissent tout le poids depuis le début de l’année, et même depuis le printemps 2014 qui a vu la confrontation entre ces deux planètes atteindre sa dernière et plus dangereuse étape.

Il convient d’ailleurs de rappeler que le précédent choc frontal entre Uranus et Pluton a eu lieu de 1986 à 1988 : il a notamment conduit au plan boursier au krach d’octobre 1987 et finalement conduit les indices boursiers près de -40% plus bas…

La planète Pluton concerne par ailleurs le nucléaire. L’explosion d’une bombe H que revendique la Corée du Nord intervient dans ce contexte, alors que le Soleil passait précisément sur Pluton au même moment…

Lors du précédent conflit entre Uranus et Pluton, de 1986 à 1988, la catastrophe de Tchernobyl s’était produite. L’histoire ne se répète pas, mais on peut tout de même continuer à spécialement redouter le nucléaire militaire ou civil dans la période actuelle. Les zones de conflit ou les centrales civiles mal gérées ne manquent hélas pas.

Au négatif, Pluton concerne aussi les bas-fonds de la société. Or, on observe tous les jours des faits divers alarmants, en France ou ailleurs. En particulier, l’Allemagne vient de subir des « agressions sexuelles de masse » contre les femmes dans différentes villes. A Cologne, ce serait près de 500 plaintes qui auraient été déposées ! A la base de ces agressions, des bandes organisées de centaines de jeunes, d’origines « arabes ou nord-africaines » selon les témoins et les premiers résultats des enquêtes policières.

Uranus et Pluton sont là aussi concernés d’une autre façon car, sur un plan plus général, leur grand carré actuel pousse au rejet de l’immigration. C’est d’ailleurs bien ce que l’on voit également au travers de toute l’Europe actuellement. Et spécialement en Allemagne, où la vague des migrants pose de redoutables problèmes.

C’est en fait les ferments d’un chaos plus ou moins grand que sont en train de faire surgir ces deux planètes. Ils poussent aux destructions de toutes sortes, à la violence, aux guerres, au terrorisme et aux pires abjections humaines. Une sorte de retour au Moyen-âge sous différentes formes…

carte_du_ciel_EphÈmÈride_11-01-16

Conjonction Soleil-Pluton du lundi 11 janvier

 

La déroute des banques centrales…

Après la Réserve fédérale américaine en septembre, c’est au tour de la Banque Centrale Européenne de semer le trouble sur les marchés financiers. Cela n’est évidemment pas neutre, car on voit bien que la confusion provoquée tient aux Etats-Unis à une économie dont la croissance demeure fragile et en Europe à une poursuite de la déflation avec des économies qui demeurent à la peine.

Les banques centrales dépendent de Neptune, la planète qui représente les efforts publics ou collectifs pour soutenir la croissance économique. Ce n’est donc pas un hasard si les marchés financiers ont découvert le pilotage maladroit de la Fed en septembre sur une opposition très négative de Jupiter à Neptune. Et ce n’est pas non plus un hasard si la BCE a provoqué à son tour un mouvement de panique sur un carré non moins désastreux de Saturne au même Neptune…

En prenant un peu de recul, on peut sans doute se dire que nous sommes entrés dans une période où la crédibilité des banques centrales se retrouve sur la sellette. En effet, la planète Neptune, qui les représente si bien, se trouve durablement en conflit avec Jupiter d’un côté et Saturne de l’autre. Une telle période va d’ailleurs couvrir l’essentiel de l’année 2016…

A titre d’hypothèse, on peut se demander si les Etats-Unis vont durablement bénéficier de la planche à billets de la Fed et s’ils ne risquent pas, en dépit des milliards de dollars artificiellement créés, de voir leur économie replonger sur les mois à venir. Différents indicateurs sont déjà passablement inquiétants. Quant à la zone euro, on peut se demander de la même manière si la BCE et sa propre planche à billets vont réussir à la sortir de sa léthargie et de sa profonde tendance déflationniste.

Il y a en tout cas une tendance planétaire négative qui pourrait bien conforter un tel schéma, car Uranus et Pluton demeurent dans un conflit très actif. Or, ces deux planètes tendent à pousser dans la voie des récessions quant elles se confrontent. C’est d’ailleurs bien ce qui se passe, l’économie mondiale étant sur une mauvaise pente depuis de nombreux mois. Cette situation pourrait même s’aggraver, en dépit d’une relation favorable entre Neptune et Pluton qui devrait sans doute nous épargner une crise économique de la même ampleur que celle de 2007-2009.

Quant à la France, engluée dans une bureaucratie tentaculaire et une fiscalité devenue démente, elle devrait continuer à subir les effets toujours désastreux, spécifiquement pour elle, des chocs de Jupiter et Saturne avec Neptune. On en voit déjà certains effets depuis septembre dernier et l’opposition Jupiter-Neptune : envolée brutale du chômage à de nouveaux records quand il recule partout en Europe, attentats monstrueux du 13 novembre à Paris en raison de la complaisance électoraliste de l’exécutif avec le communautarisme, pouvoir socialiste d’ailleurs en pleine décrépitude et possible choc électoral aux régionales avec la montée en puissance du Front National qui bénéficie en tout cas sur le fond de la confrontation entre Uranus et Pluton.

Le 4 décembre 2015

 

Carte du récent Carré Saturne-Neptune

carte_du_ciel_theme_3