Bilan des prévisions

BILAN GLOBAL DE BOURSE ANTICIPATIONS DEPUIS 1992

ANNEE PREVISIONS RESULTAT GLOBAL
1992 Début difficile des recherches et premiers essais de prévisions. Quelques résultats ponctuels, mais bilan globalement très médiocre.
1993 Poursuite des recherches et découverte de premiers éléments
solides pour effectuer des prévisions sur les marchés
d’actions.
Prévisions
réussies de façon ponctuelle, notamment la hausse
de l’été et la correction de septembre.
1994 Amélioration
notable des prévisions, grâce à la découverte
d’indicateurs de plus en plus fiables.
Prévisions
réussies sur la baisse du printemps, la reprise de l’été,
la rechute suivie d’un rebond à l’automne.
1995 Baisse pendant l’hiver, reprise au printemps et pendant l’été, puis rechute dés le mois d’août avant un « probable » nouveau cycle haussier.
Lancement de « CAC 40 Anticipations ».
Juste
1996 Poursuite globale du mouvement général de hausse, mais alerte sérieuse pendant l’été et notamment en juillet. Juste
1997 Découverte de nouveaux indicateurs très importants sur les cycles boursiers. Prévision d’une envolée haussière sur le premier semestre, notamment pendant l’hiver. Début d’automne très laborieux avant un redressement.
« CAC 40 Anticipations » devient « Bourse Anticipations ».
Juste. +40% sur le CAC 40 au cours du premier semestre, alors que les économistes jugeaient les marchés « trop chers » dés la fin 1996. On peut aussi se rappeler le fameux « krach d’un jour » le lundi 27 octobre.
1998 Hausse sur le premier semestre, été désastreux pouvant entraîner un recul des indices jusqu’à -30% et reprise en fin d’année. Juste. Prévision spectaculaire sur le krach de l’été 1998, le CAC 40 ayant chuté jusqu’à -35% alors que les analystes étaient très confiants dans la poursuite de la hausse.
1999 Hausse jusqu’à
l’été et amorce d’un cycle baissier à partir
de fin juillet. Simple rebond en fin d’année.
Prévisions justes sur le premier semestre, mais effectuées sans assez de recul sur l’été. Alerte de -15% fin juillet sur le CAC 40, mais rapidement surmontée. Révision des prévisions en fin d’été et report de l’échéance d’un cycle baissier à mars 2000.
2000 Hausse jusqu’à fin mars et début d’un cycle baissier. Prévisions de forte baisse, notamment sur avril/mai et septembre/octobre. Juste. Notons que le CAC 40 a effectué un dernier sommet marginal le 4 septembre 2000 après un premier en mars, mais que tous les indices européens ont effectivement culminé en mars.
2001 Hiver baissier et dangereux, forte reprise au printemps, lourds dangers en août et septembre, rebond sur l’automne. Juste.
2002 Hiver positif, printemps baissier et potentiellement désastreux, forte reprise en été mais rechute importante en septembre avant un bel automne. Globalement très juste, sauf sur un point : la reprise de l’été a certes été forte (+25% sur le CAC 40 en août), mais nos prévisions la faisaient démarrer un mois plus tôt alors que le CAC 40 a perdu -10% supplémentaires. Belle prévision sur la hausse de l’automne (+30% sur le CAC 40), que peu d’analystes avaient envisagé.
2003 Rechute importante pendant l’hiver et reprise au début du printemps. Globalement juste sur le premier semestre, hormis un mouvement de balancier prévu sur juin qui ne s’est pas produit.
2004 Hausse pendant l’hiver, printemps médiocre, baisse pendant l’été
et belle reprise à l’automne.
Globalement juste.
2005 Marchés ascendants sur l’ensemble de l’année, mais corrections d’environ
-10% au mois de juin et en septembre/octobre.
Prévisions justes sur le fond, les marchés ayant sensiblement progressé en 2005. La correction envisagée au mois de juin ne s’est cependant pas produite, mais celle prévue au début de l’automne a bien eu lieu (-8% environ en octobre).
2006 Marchés toujours sur une pente haussière de fond. Progression pendant l’hiver, correction de -10/-15% entre mars et juillet, hausse pendant l’été, correction d’environ -10% à l’automne et bonne fin d’année. Prévisions globalement justes, la hausse l’ayant encore emporté. Il a cependant fallu attendre deux mois de plateau des indices en mars et avril, avant que la correction prévue ne se réalise finalement en mai et juin (-15% environ). Par ailleurs, il n’y a pas eu le trou d’air prévu à l’automne, seulement un modeste repli d’environ -5% en novembre. La fin de l’année a enfin été effectivement haussière portant les indices sur de nouveaux sommets.
2007 Hausse des marchés jusqu’en juin, crise pendant l’été et potentiellement jusqu’en décembre avec un potentiel de -20%. Juste.
2008 janvier neutre ou favorable, baisse le restant de l’hiver, reprise printanière et nouvelles difficultés pour les marchés sur le second semestre. Erreur sur janvier 2008 qui a été sensiblement baissier. Le reste de l’année était assez bien cerné en dépit de quelques approximations.
2009 Marché haussier sur le fond. Baisse pendant l’hiver, reprise pendant le printemps et l’été et début d’une rechute à partir de l’automne. Assez juste. Seule erreur, l’automne n’a pas vu les marchés rechuter. Ils ont en fait été très plats, ne rechutant que début 2010.
2010 Marché haussier de long terme, mais année de correction dés janvier jusqu’à des points bas pendant l’été avant une reprise. Assez juste. Les marchés ont baissé comme prévu dés janvier, se sont redressés de février à avril et ont rechuté plus bas jusqu’en mai. La reprise de juin-juillet était également au rendez-vous, de même que la baisse du mois d’août. Mais cette dernière n’a pas entraîné de points bas supplémentaires, seule erreur d’appréciation de l’année. La fin de l’année a enfin été haussière comme prévu.
2011 Hiver haussier, baisse printemps et été, reprise à l’automne. Assez juste, mais baisse de l’été plus profonde que prévu.
2012 Hiver haussier, rechute printemps et été et forte reprise à l’automne. Assez juste, l’été ayant déjà donné le coup d’envoi de la reprise attendue.
2013 Hausse jusqu’au printemps et l’été. Fin d’année difficile. Juste avec la hausse essentiellement jusqu’à l’été. Stagnation sur la fin de l’année mal cernée.
2014 Hausse jusqu’au printemps, crise jusqu’au début de l’été, hausse estivale et retour de la crise sur la fin de l’année. Très juste. Le début de la crise au printemps a cependant été moins grave que prévu initialement.
2015 Hiver maussade et début baisse long terme à partir d’avril. Hausse sous-estimée pendant l’hiver et très juste sur le début d’une grande vague de baisse à partir d’avril.
2016 Baisse sévère durant l’hiver, se prolongeant jusqu’à l’été. Rebond estival et rechute en septembre. Automne haussier. Très juste. La rechute de septembre avant le décollage haussier de l’automne a néanmoins été un peu surestimée.
ANNEE PREVISIONS RESULTAT GLOBAL

Nos prévisions boursières astrologiques

Anciens numéros de Bourse Anticipations