Toujours plus de tensions diplomatiques et militaires…

La liste de ces conflits devient impressionnante :

– Tensions croissantes entre la Pologne et la Biélorussie.

– Risques de nouvelle guerre civile au Liban.

– Accrochages nombreux entre troupes azerbaidjanaises et arméniennes.

– Lourdes tensions entre la Chine et les Etats-Unis à propos de Taïwan.

– Tensions entre l’Algérie et la France à cause de la délinquance importante d’ immigrés algériens.

– Nouvelles menaces russes contre l’Ukraine.

– Risque de guerre entre l’Algérie et le Maroc.

– Heurts frontaliers entre le Venezuela et la Colombie.

– Guerre de la pêche entre la France et la Grande-Bretagne.

– Conflit sur les sous-marins français pour l’Australie.

– Inquiétantes tensions entre la Turquie et la Grèce.

Tout cela tient à notre avis à la concentration planétaire actuelle. Les planètes dites « lourdes », de Jupiter à Pluton, évoluent en effet sur un arc de cercle limité inférieur à 110° (sur 365 au total). Voir le graphique ci-dessous.

Cela crée des déséquilibres et, par conséquent, cela facilite les tensions diplomatiques et même des menaces de conflits militaires.

Cependant, sauf exception, on peut douter d’une généralisation de conflits localisés comme on en voit clairement les menaces.

En effet, le principal facteur de guerre tient à Pluton. Or, Saturne a formé une conjonction positive à Pluton l’an dernier. Cela constitue a priori un facteur d’apaisement, en dépit de la mauvaise concentration planétaire actuelle.

Saturne commence par ailleurs à s’éloigner assez franchement de Pluton, même si la planète aux anneaux prend son temps. C’est également un facteur plutôt pacifique.

Le mouvement de Saturne vis à vis de Pluton devrait donc probablement limiter les risques de conflits ouverts de nature militaire ou des fâcheries diplomatiques trop agressives.


Carte du ciel avec les seules planètes lourdes mardi 16 novembre :

L’ensauvagement diabolique français

Tous les jours, on observe en France des faits divers monstrueux qui constituent désormais un véritable fait de société. Même la gauche a du mal à encore sous-estimer ce phénomène et plus personne n’ose encore parler de simple « ressenti » d’insécurité. Elle est désormais omniprésente !


L’insécurité est à présent galoppante et on recense des dizaines ou des centaines d’ agressions sauvages tous les jours. Les voyous de banlieue ou des bandes de migrants, pseudo mineurs ou pas, en sont essentiellement à l’origine. Le lien entre immigration incontrôlée, la non assimilation des 2ème et 3ème générations d’enfants d’immigrés comme la vague migratoire actuelle qui déferle sur l’Europe et surtout la France, est évident.

Si l’on regarde le thème natal de la 5ème République ci-dessous, on peut constater que son Saturne natal correspond de façon générale à l’autorité de l’Etat. Force est de constater que celle-ci n’existe plus sur le sujet essentiel de la protection des citoyens contre les violences, essentiellement commises par des bandes immigrées ou d’origine immigrée.


Or, dans le ciel actuel et depuis un peu plus d’un an, la planète Neptune est en conflit avec ce Saturne natal (carré négatif de 90°). Ce carré a été une nouvelle fois exact hier et, compte tenu de la course naturelle de Neptune vue de la Terre, il va demeurer sur la même position très mauvaise pendant les trois mois qui viennent ! 


Neptune est par ailleurs dans le signe des Poissons, le propre signe de Neptune qui trouve ainsi sa force renforcée. Un mauvais Neptune met à la fois en scène l’extrême gauche, la religion, la violence, les drogues et la perversité. Voilà un bon résumé de l’islamo-gauchisme sous toutes ses formes et c’est bien ce que l’on peut constater dans la délinquance actuelle et ses différents ressorts… Entre le meurtre de l’ancien parachutiste à Montauban, les vols avec violences contre des jeunes femmes évidemment très vulnérables ou les hordes de racailles qui ont attaqué samedi dernier un meeting d’Eric Zemmour, on a un point commun très puissant : ce mauvais Neptune.


Par ailleurs, nous sommes à la fin du cycle Jupiter-Neptune, fondamental pour la France depuis au moins Charlemagne… Les fins de cycles sont parfois très douloureuses et c’est bien ce qui se passe en ce moment. On voit notamment un exécutif paralysé par toutes ces violences et qui ne sait qu’essayer minablement d’acheter les électeurs à coup de milliards d’euros : on approche les 20 milliards de dépenses purement clientélistes, un record absolu sous la 5ème république !

 
L’attaque de nature militaire contre le meeting d’Eric Zemmour n’a donné lieu à aucune enquête, aucune poursuite pénale et aucune interpellation. Le pouvoir macronien jour ainsi très clairement la politique du pire pour censurer ses adversaires. Il est même question d’adopter une loi anti-Zemmour à l’initiative des communistes, héritiers du dictateur Staline cela va sans dire, pour l’empêcher de se présenter à l’élection présidentielle. Les députés macroniens hésitent à voter un texte aussi liberticide. C’est dire…


Ce cycle entre Jupiter et Neptune se renouvelle en avril prochain, le mois du scrutin présidentiel. Il peut permettre une sorte de refondation politique et, bien entendu, l’éjection d’Emmanuel Macron. Espérons que ce soit bien le cas, étant donné la situation actuelle. Espérons aussi que cette probable refondation permette de vraiment résoudre les problèmes actuels et sans en créer de nouveaux.


Thème natal de la 5ème République :

5ème vague…

Le Covid se propage à nouveau de façon plus notable et les contaminations sont en hausse dans toute l’Europe avec des records de décès en Russie. Une 5 ème vague est malheureusement bien possible, car la confrontation entre Uranus et Neptune est en train de monter à nouveau en puissance pour la dernière fois.

La planète Neptune représente notamment les virus et, en conflit avec d’autres planètes et notamment Uranus ou Jupiter, cela crée des situations où l’on voit des pandémies éclater. C’est le cas depuis bientôt deux ans… En 2019 et 2020, Jupiter et Uranus s’étaient alliés pour venir agresser Neptune, ce qui constitue la pire des situations au plan épidémique. On l’avait vu avec la grippe espagnole notamment, mais aussi des épidémies antérieures de peste ou, plus récemment, les épidémies de grippe asiatique ou de Hong Kong dans les années 1950 et 1960.

Pour le moment, c’est la grippe espagnole qui détient le triste record des décès avec 30 à 50 millions de morts. Les grippes des années 50 et 60 n’ont fait qu’environ 1 à 2 millions de morts. Le Covid est beaucoup plus ravageur : on décompte désormais 5 millions de morts environ officiellement. En réalité, c’est plutôt le triple ou sans doute autour de 15 millions de décès, étant donné des décomptes incomplets dans de nombreux pays sous-développés.

Notre graphique ci-dessous montre ce choc planétaire, qui s’est installé la première fois pendant l’été 2017 et va complètement disparaître à l’été 2022. Il s’agit d’un angle négatif de 45° entre ces deux planètes qui, étant fort éloignées de la Terre, déterminent des cycles d’influences positifs ou négatifs qui durent pendant de nombreuses années.

Sur notre graphique, on voit que ce demi-carré négatif entre Uranus et Neptune a dépassé les 45° d’orbe et se situe désormais à 53° environ, soit 8° au-delà de l’angle « exact ». Mais l’orbe de cet angle est en train de se resserrer, compte tenu de la course naturelle entre les deux planètes dans l’espace : sur les mois à venir, l’orbe va ainsi se réduire et atteindre seulement 4° de février à mai 2022.

Lors de l’apparition du Covid en janvier 2020, l’orbe était de 1° seulement et cette situation avait alors perduré pendant plus de 6 mois consécutifs. A présent, l’influence théorique de ce mauvais tandem est plus diluée mais encore présente.

Le choc entre Uranus et Neptune va ensuite se dissoudre complètement à partir de l’été 2022. Cela peut donner l’hypothèse que le virus disparaisse de lui-même, comme c’est historiquement le cas très fréquemment. Celui de la grippe espagnole a ainsi disparu en 1921 après avoir ravagé toute la planète pendant près de trois ans. Les campagnes de vaccination peuvent aussi éradiquer le Covid en créant progressivement une situation d’immunité collective.

Actuellement, on peut cependant redouter une 5ème vague de contaminations. Sur notre graphique, on voit bien le trait rouge qui relie Uranus et Neptune mais on voit aussi deux autres traits rouges qui vont de Saturne à Neptune et Uranus, par le biais d’angles également négatifs de 45 et 90°. Bien entendu, Saturne renforce de ce fait la mauvaise relation entre Uranus et Neptune.

Ce n’est donc peut-être pas un hasard si les contaminations progressent à nouveau depuis environ un mois. Saturne va cependant s’éloigner assez rapidement de Neptune, la planète de tous les virus, même s’il va falloir attendre quand même le mois de janvier prochain.

En résumé, on peut redouter sur les mois à venir une nouvelle vague de contaminations. Elle peut cependant avoir moins de conséquences que les précédentes, les vaccinations s’étant développés largement, du moins en Europe de l’Ouest.

Carte du ciel le mercredi 27 octobre 2021, mettant en valeur la confrontation entre Uranus, Neptune et Saturne.

Zemmour va-t-il refonder la droite française ?

(Article diffusé le 2 octobre aux abonnés à Bourse Anticipations, avant qu’Eric Zemmour n’arrive en seconde position avec 17% des intentions de vote pour la présidentielle française d’avril 2022.)

La météorite politique Zemmour révolutionne la campagne présidentielle : les sondages le placent au-dessus de tous les candidats LR et notamment de Xavier Bertrand, il est au coude-à-coude de Marine Le Pen et se rapproche d’Emmanuel Macron. C’est dire…

La présidentielle d’avril 2022 devrait astrologiquement aboutir à un bouleversement politique complet. Nous l’envisageons depuis plusieurs années… Le cycle planétaire le plus propre à la France, entre Jupiter et Neptune, se renouvelle en avril prochain au moment du scrutin présidentiel par le biais d’une conjonction. Il devrait donc balayer Emmanuel Macron, provoquer une alternance politique et celle-ci aurait alors de bonnes chances d’être majeure en impliquant un changement magistral de cap politique.


Certes, l’astrologie n’est pas une science exacte et elle ne le sera jamais. Elle donne des repères, souvent pertinents mais malheureusement avec une certaine marge d’erreur. Il faut l’admettre… Elle nous semble cependant assez faible pour la prochaine présidentielle. La dernière fois qu’une conjonction Jupiter-Neptune a eu lieu et a provoqué un bouleversement politique fut en 1997 : le président Chirac avait provoqué des législatives anticipées pour asseoir son pouvoir avec Alain Juppé et, oh surprise, elles ont été gagnées par la gauche contre toute attente et Lionel Jospin est devenu Premier ministre. Le changement politique ne fut pas anecdotique, notamment avec le passage aux 35 heures de travail hebdomadaires contre 39 heures auparavant.

A priori, on peut donc penser que la présidentielle d’avril prochain pourrait conduire à des bouleversements tout aussi importants. Bien entendu, la situation est différente et personne n’envisage aujourd’hui de nouvelles réformes de gauche. En revanche, des réformes de droite semblent beaucoup plus possibles, notamment en matière d’immigration, de sécurité et de fiscalité.

C’est d’autant plus envisageable astrologiquement que la droite conservatrice française, ou gaulliste si l’on préfère, dépend du cycle entre les planètes Saturne et Pluton. Le Général de Gaulle avait fondé son mouvement politique en 1947, le RPF à l’époque, lors d’une conjonction entre ces deux planètes. Or, ce cycle s’est à nouveau renouvelé l’an dernier en janvier 2020. C’est a priori très positif pour la famille conservatrice française, qui a vraiment touché le fond avec l’effondrement de la candidature Fillon en 2017 à la fin du cycle planétaire Saturne-Pluton précédent…

Normalement, ce renouvellement du cycle Saturne-Pluton devrait conduire à un renouveau ou une sorte de nouvelle naissance pour la droite française. Cependant, pour le moment il ne s’est rien produit de bien positif. A l’inverse, on voit le parti LR continuer à s’enfoncer, notamment pour la présidentielle, entre de multiples candidatures qui n’intéressent franchement personne. Bertrand, Pécresse ou Barnier, qui sait ce qu’ils proposent et, surtout, qui peut estimer qu’ils sont crédibles en quoi que ce soit ? Passons, cela n’intéresse personne… A part quelques notables LR, personne ne les écoute en quoi que ce soit, c’est évident. Leur congrès fixé début décembre pour désigner dans la douleur un possible candidat est déjà un flop magistral avant d’avoir eu lieu.

Astrologiquement, tout cela n’est pas normal. Les conservateurs français devraient bénéficier de l’élan de la conjonction Saturne-Pluton de janvier 2020 et, pour le moment, on ne voit rien venir. Rien du tout. Sauf si, sauf si…

Sauf si Eric Zemmour était le chaînon manquant de ce ballet astral ! Il détonne tellement au milieu des langues de bois insupportables des petits notables de LR que, sans aucun parti pris en sa faveur, on ne peut que mesurer tout simplement qu’aucun candidat ne lui arrive aujourd’hui à la cheville. Les autres parlent un langage incompréhensible. Eric Zemmour parle un bon français pour un juif kabyle algérien de famille né en banlieue parisienne et, même s’il exagère parfois sur certains plans, ses excès sont le plus souvent acceptés ou tolérés de la part d’un homme qui apparaît sincère et pourra de toute façon nuancer plus tard quelques idées un peu décentrées, mal construites ou historiquement contestables. Au moins, lui réfléchit, avance des constats autant que des idées, excite les neurones de tout le monde autour de ses idées…

Bref, il apporte enfin dans le débat politique une fraicheur dont on pouvait penser qu’elle ne pouvait pas ou plus exister. Erreur, il renouvelle la simple notion de débat démocratique autour de ses idées et, de Macron à Le Pen ou Mélenchon, ils sont tous à sa remorque…

Ayant à la naissance, en 1958, la même conjonction Jupiter-Neptune que la 5ème République fondée par le Général de Gaulle, il n’y a en tout cas aucune objection astrologique à ce qu’Eric Zemmour soit le futur président de la France. Sauf Giscard d’Estaing, tous les présidents ou Premiers ministres ont à la naissance un lien très puissant entre ces deux planètes. Eric Zemmour est donc « astrologiquement » un candidat potentiel intéressant…

Bien sûr, LR ne veut pas entendre parler de lui et les notables habituels, comme le président de LR Christian Jacob, ne veulent surtout pas voir qu’ils ont avec « Z » un candidat potentiel bien plus populaire que leurs petits prétendants actuels !

J’en reste ici à l’astrologie… Eric Zemmour est un conservateur et un démocrate, dont les affinités politiques fondamentales se situent dans le prolongement du gaullisme. C’est un fait, pas une appréciation. Les nobliaux actuels de LR veulent touiller leur petite soupe électorale entre eux, mais rien ne garantit qu’ils y arrivent bien longtemps. Déjà, leur soupe sent bien le rance…

Si Eric Zemmour, qui n’est toujours pas un candidat officiellement déclaré, continue son ascension dans les sondages d’opinion… S’il dépasse les 15% pour atteindre 18%, puis 20% et peut-être 22% à quasi égalité de Macron… Comment vont finir par réagir les petits bureaucrates sans cervelles de LR ?

Eh bien, on peut très bien envisager qu’Eric Zemmour soit au bout du compte désigné comme le candidat de LR pour la présidentielle d’avril prochain !


Aujourd’hui 1er octobre, l’hypothèse est farfelue et beaucoup de gens vont me rire au nez. Ok, ce n’est qu’une hypothèse astrologique audacieuse « aujourd’hui ». Elle est peut-être fausse. Je ne suis pas un gourou et ne prétends pas à la science infuse et avoir raison. Ce n’est qu’une hypothèse possible, il y en a d’autres…

Je regarde simplement la dynamique exceptionnelle qui, pour le moment, entoure la « possible » candidature d’Eric Zemmour. Je prends aussi en compte l’élan normalement positif astrologiquement qui devrait bénéficier aux conservateurs français et qui, pour le moment, ne fonctionne pas du tout. Or, je trouve que cela n’est pas « normal » astrologiquement. Mais j’ai peut-être tort… En tout cas, pour sortir du caniveau ces petits notables LR imbus d’eux-mêmes et sans grande intelligence, je ne vois aujourd’hui que Zemmour. Mais j’ai peut-être tort, on verra bien la suite…

Jean-François Richard

02-10-20021

Carte natale d’Eric Zemmour :

Krach sur les prix ?

L’inflation est non seulement de retour, mais elle risque fort de s’emballer. Le prix du baril de pétrole a quasiment doublé depuis un an et le brent se traite désormais autour de 80$, tandis que le gaz a lui aussi vus ses cours s’envoler. En France, les tarifs du gaz augmentent de 12,6% en octobre et on redoute que l’électricité ne suive de la même façon au début de l’an prochain. En Grande-Bretagne, la pénurie s’est généralisée avec des pompes à essence à sec… La ponction sur le pouvoir d’achat va être énorme dans tous les pays du globe, surtout dans ceux qui fiscalisent à l’excès comme la France avec une énergie comportant des taxes à hauteur de 50% du prix final.


Le papier manque également à cause des conséquences de la crise sanitaire mondiale : le papier toilette ou essuie-tout, le carton, le papier journal ou pour l’édition sont déjà en situation de pénurie et la hausse des prix, qui va en résulter, risque d’être colossale. Les prix des matières premières agricoles ou industrielles flambent également, aussi bien sur les fruits et légumes que les puces électroniques.
Cela rappelle les années 1970 avec son krach pétrolier fin 1973 et son inflation à deux chiffres, tandis que la croissance économique était bien molle.


La comparaison est astrologiquement pertinente puisque, dans les années 1970 comme aujourd’hui, nous avons une confrontation entre Uranus et Neptune sous la forme d’un demi-carré négatif de 45°. De surcroît, sur la fin de cette année 2021, Saturne agresse également Uranus et Neptune par carré de 90° et demi-carré de 45°. 


Sur le fond, c’est donc Neptune qui se retrouve ainsi en bien mauvaise posture. Et Neptune représente notamment les prix, l’inflation et les biens de consommation ainsi que l’emploi et le pouvoir d’achat. En 2008, le pétrole avait par exemple atteint des sommets comme de nombreux produits agricoles en présence d’une opposition de Saturne au même Neptune, c’est à dire la configuration planétaire la plus négative qui soit entre deux planètes.


Le retour actuel de l’inflation n’est donc pas étonnant et cela va à la fois pousser à la hausse des taux d’intérêts et à un ralentissement de la croissance sur les mois à venir. Dans un tel contexte, les banques centrales vont avoir le plus grand mal à gérer cette situation.

Or, les banques centrales dépendent elles aussi de Neptune… Leurs politiques monétaires vont donc être compliquées à déterminer comme à mettre en oeuvre.


Heureusement, Il y a quelques compensations apportées par une belle relation Neptune-Pluton et Saturne-Pluton. Par ailleurs, les agressions d’Uranus et Saturne contre Neptune vont commencer à se dissiper au début de l’année 2022 et, à partir de l’été, ces mauvaises influences vont franchement être très relâchées et en voie de disparition complète.

La situation était différente dans les années 1970, le krach pétrolier de fin 1973 s’étant produit dans un contexte planétaire directement beuacoup plus dur et durable. Actuellement, on en est plutôt à la fin de ces mauvaises influences neptuniennes. On peut donc espérer que l’année 2022 commence à apporter certains apaisements dans le domaine des prix.

Carte astrale au mardi 28 septembre, mettant en valeur les mauvaises influences d’Uranus et Saturne vis à vis de Neptune :

Entre deux eaux

Les marchés d’actions sont incertains, coincés entre des banques centrales qui ont du mal à définir une politique claire et des incertitudes sur la croissance mondiale à cause du virus comme d’une économie chinoise malmenée.

En fait, la confrontation actuelle entre Saturne et Neptune, dans la foulée d’Uranus et Neptune, ne facilite pas la tâche des banques centrales si « neptuniennes » par essence. Elles aimeraient bien revenir progressivement à une politique monétaire plus orthodoxe, mais il faudrait encore que la croissance mondiale soit suffisamment saine et équilibrée. Or, ce n’est pas tout à fait le cas.

On s’interroge effectivement sur l’état réel de la croissance mondiale. Les données sont assez médiocres en Chine et même aux Etats-Unis les statistiques économiques sont parfois assez contradictoires. C’est bien dans la nature du choc entre Saturne et Uranus, qui concerne notamment l’économie américaine et lui apporte généralement certaines déconvenues. Or, cette mauvaise relation planétaire a commencé l’hiver dernier et va étendre son influence pendant plus d’une année entière.

Cela peut aussi apporter des déboires supplémentaires à une administration Biden, déjà passablement malmenée depuis le retrait des troupes américaines d’Afghanistan. Les Etats-Unis dépendent aussi au plan politique du couple Saturne-Uranus et, en conflit jusqu’à la fin de l’an prochain, on imagine facilement que la présidence de Joe Biden va subir de nombreux revers.

La reprise économique mondiale depuis la première vague du coronavirus n’est pas en cause sur le fond (conjonction Saturne-Pluton notamment), mais elle risque de continuer à provoquer de nombreux doutes sur les mois à venir. Les marchés d’actions devraient donc continuer à s’en trouver ballotés.

Carte du ciel le lundi 27 septembre 2021 avec ses principales composantes

CE MYSTÉRIEUX VIRUS…

Le coronavirus va-t-il pourrir indéfiniment la vie de l’humanité ? C’est envisagé par un certain nombre de médecins, mais cela nous semble assez peu probable.

C’est une confrontation entre Uranus et Neptune qui nous a apporté ce virus, aidée par l’approche toujours négative d’une conjonction Jupiter-Neptune. Dans la plupart des cas, comme lors de la grippe espagnole de 1918 à 1920, c’est Jupiter qui donne le timing avec Neptune, en général entre deux ans et un an avant une conjonction. Quant à la nocivité de ces différents virus, cela dépend essentiellement d’Uranus avec Neptune, comme pour les points de départs des principales épidémies de peste ou autres au travers des siècles.

Uranus et Neptune sont entrés en conflit de façon précise en 2017 au mois d’août pour la première fois. Il s’agit d’un angle astrologique négatif de 45° qui, entre planètes aussi lointaines, est d’une grande importance car il détermine des cycles de longue durée. Si entre la Lune et le Soleil, un tel angle n’a d’influence que quelques heures, on voit avec Uranus et Neptune que cela peut durer jusqu’à cinq ou six ans…

En 2017, point de virus à l’horizon. Et pas davantage en 2018 et sur une grande partie de 2019. D’ailleurs, le dernier demi-carré « exact » de 45° entre Uranus et Neptune a eu lieu en mai 2019. Pour être précis jusqu’au bout, précisons que la course naturelle d’Uranus et Neptune a fait que de novembre 2019 à mai 2020, ce demi-carré si nocif est resté quasiment stable à 46° d’orbe, soit un quasi carré exact de 45° pendant environ 6 mois d’affilée. C’est durant cette période que le virus s’est propagé comme une trainée de poudre.

Mais il faut aussi bien intégrer un autre facteur avec des planètes aussi lointaines qu’Uranus et Neptune. La plupart du temps, quand une configuration négative se produit, il ne se passe rien de façon immédiate. Il faut en quelque sorte attendre que la relation malheureuse entre les deux planètes s’installe pour que le climat finisse par s’en imprégner et que, au bout du compte, des événements concrets se produisent.

C’est ce qui s’est passé, le choc Uranus-Neptune ne finissant par apporter le virus (avec l’aide décisive de Jupiter, ne l’oublions pas non plus…) qu’à la fin d’une mauvaise relation débuté près de trois ans plus tôt.

Enfin, une fois que les événements malencontreux se sont produits, il ne faut pas en déduire trop vite que tout va se résoudre avec le délitement progressif de la mauvaise relation planétaire qui l’a fait apparaître. Cela prend toujours un certain temps et, bien souvent, un peu plus de temps que l’on aurait pu le penser initialement. Une fois le mal installé, il faut vraiment que la mauvaise relation planétaire se dissipe totalement pour que des solutions durables apparaissent et que le problème finisse par être résolu.

On peut aujourd’hui penser que nous sommes dans cette situation avec le coronavirus… En premier lieu, rappelons que des traitements efficaces, bien que non miraculeux pour autant, ont été mis de côté par les autorités politiques et sanitaires, la corruption ayant visiblement été un élément moteur des décisions de nombreux États. Ainsi, le traitement du Pr. Raoult a fait l’objet de critiques malhonnêtes et malveillantes et la France a même interdit qu’il soit utilisé alors que les médicaments utilisés (hydroxychloroquine et azitromycine) sont bien connus depuis des décennies qu’ils ont permis de soigner et guérir de nombreux malades.

C’est le même schéma qui s’est produit avec l’ivermectine, qui a pourtant soigné correctement des millions d’Indiens. Les chercheurs israéliens ont par ailleurs publié des études sur trois médicaments bien connus qui, d’après leurs résultats en laboratoire, auraient une efficacité proche de 100% pour traiter le Covid 19. Mais aucun pays occidental n’a étudié à ce jour les résultats si prometteurs de cette enquête qui ne demande plus qu’une expérimentation humaine pour être validée ou non. Une fois de plus, on ne peut que pointer du doigt l’immense corruption qui sévit dans le domaine médical et du médicament.

Toujours est-il que l’on a au moins développé des vaccins qui sont relativement efficaces. Cependant, on a des doutes avec le dernier variant Delta qui pourrait limiter leurs effets protecteurs. En tout cas, malgré les obstacles, la recherche médicale avance quand même, bien que l’on puisse se poser de nombreuses questions dérangeantes sur les conflits d’intérêts évidents qui concernent nombre de politiciens dans le domaine de la santé, voire au-delà.

A présent, on peut remarquer que le choc Uranus-Neptune est en train de se dissiper de plus en plus. Ce n’est pas encore tout à fait le cas en prenant le recul nécessaire, car on peut globalement estimer que cette confrontation planétaire va encore perdurer de façon un peu large jusqu’au printemps 2022.

Voici d’ailleurs un peu plus bas la carte du ciel au premier janvier 2022, qui montre que le conflit Uranus-Neptune se situe à environ 4°30′ de l’aspect exact de 45°, soit à environ 49° 30′ précisément. C’est déjà assez large, mais durant l’été 2021, l’orbe était à plus de 51°… Il y a donc un resserrement évident de nature annuelle de l’orbe jusqu’au printemps 2022 et cela peut donc encourager le virus à maintenir sa nocivité générale.

A partir du printemps 2022, nous allons entrer dans une nouvelle période. En premier lieu, Jupiter va former sa conjonction à Neptune en avril et ce sera donc un nouvel élan positif qui va se produire entre les deux planètes. Par ailleurs, on ne pourra plus parler d’un demi-carré négatif entre Uranus et Neptune quand l’orbe les séparant dépassera 50° de façon définitive.

Cette nouvelle situation donne ainsi l’espoir de voir le coronavirus disparaître. Soit de façon naturelle en se transformant par exemple en simple rhume, soit par l’effet conjugué des traitements et autres vaccins qui arriveront à établir une immunité collective qui rendra ce virus tout à fait marginal.

On ne peut toutefois exclure une hypothèse moins heureuse, celle où le virus ne disparaîtrait pas, même si Uranus et Neptune n’ont plus de querelle. Cela nous semble beaucoup moins probable, mais pas impossible pour autant. Uranus et Neptune auraient alors apporté le virus et celui-ci aurait pris racine. Lors des épidémies de peste, on voit bien les points de départ avec le mauvais trio Jupiter/Uranus-Neptune, mais les ravages se poursuivent ensuite parfois sur plusieurs décennies et souvent sur plusieurs siècles…

Les deux hypothèses existent par conséquent, l’astrologie n’étant pas capable de trancher catégoriquement entre elles. Le plus probable est néanmoins que, pour une raison ou pour une autre, ce virus finisse par disparaître totalement.

Concluons avec la carte du ciel au premier janvier 2022, qui montre un angle de 49° 30′ entre Uranus et Neptune. C’est déjà un peu éloigné des 45° maléfiques, mais cela en demeure encore relativement proche quand il s’agit de planètes aussi lointaines. En tout cas, petit à petit, l’angle va s’élargir de plus en plus en approchant du printemps 2022 jusqu’à 58° durant l’été.

Carte du ciel au 1er janvier 2022 à 00h00

La chute prévisible de Macron

Le président Macron n’a guère brillé hier soir, l’auto-satisfaction si dérisoire et qui ne trompe personne ayant visiblement agacé beaucoup de gens. 

A propos du Covid, l’obligation de vaccination pour les soignants au 15 septembre prochain est assez bien acceptée et plutôt logique tant les contaminations à l’hôpital sont nombreuses. En revanche, la création d’un pass sanitaire un mois et demi avant et impératif au 1er août dans les restaurants et les centres commerciaux (mais pas les lieux de culte !) est évidemment une absurdité bureaucratique et tatillonne de plus. Cela revient d’ailleurs à une obligation de vaccination qui ne dit pas son nom. Une fois de plus, Macron cherche ainsi à infantiliser les Français par une mesure relativement dictatoriale.

L’intelligence la plus primaire aurait pris en compte le fait que le 1er août est dans seulement 15 jours et donc que la mesure est bien trop rapide, brutale et largement inutile. Par ailleurs, une terrasse de restaurant n’est pas un problème alors que l’intérieur d’un petit restaurant en est évidemment un. Enfin, les centres commerciaux sont très aérés (sauf le samedi par endroits) avec de grands volumes jusqu’à 7 ou 8 mètres de haut parfois et le risque de contamination en semaine est donc très faible.

La bureaucratie française montre ainsi une fois de plus son immense stupidité, son arrogance sans limites et sa mesquinerie diabolique pour enchaîner inutilement la population.

Astrologiquement, Emmanuel Macron est en train de commencer à subir les assauts d’Uranus contre son Mars, sa Lune, son propre Uranus, son Mercure et son Soleil au natal. Rappelons par ailleurs qu’Uranus est au carré un peu large avec Saturne, qui pose à peu près le même problème pour le thème natal de Macron et que cela sera bien plus fort début 2022 juste avant la présidentielle…

Dans l’immédiat, Uranus se situe en ce moment à 14° 15′ du Taureau, soit à moins de 15′ du conflit général signalé ci-dessus avec 5 des 10 planètes natales d’Emmanuel Macron. Tout sera en place précisément à partir du 25 juillet… Le thème de Macron ne réagira peut-être pas de façon immédiate, mais on peut penser que cela devrait se produire de toute façon, plus ou moins rapidement. En tout cas, le président est entré dans une très mauvaise période et celle-ci va s’aggraver surtout fin 2021 et début 2022.

On va déjà voir comment s’applique son si brutal pass sanitaire : s’il y a des émeutes dans des restaurants ou des centres commerciaux, il ne faudra en tout cas pas s’en étonner et cela retomberait alors forcément sur Macron.
De toute façon, avec son thème natal agressé par Saturne et Uranus, on peut s’attendre à un effondrement brutal et violent de son crédit auprès des Français sur les mois à venir. Ce sera en fait à la hauteur des mesures de brute qu’il a annoncé hier…

Voici son thème natal en tout cas ci-dessous, Emmanuel Macron étant né le 21 décembre 1977 à 10h40 à Amiens (France) :

LA PRESIDENTIELLE FRANCAISE DE 2022

On connaît à présent les dates de l’élection présidentielle qui aura lieu les dimanches 10 et 24 avril 2022. Nous en présentons les cartes astrales à la fin de cet article…


Nous nous méfions d’analyser des cartes de scrutins électoraux comme ceux-ci. Nous préférons rappeler que la France dépend surtout du cycle entre Jupiter et Neptune, la 5 ème République ayant été fondée sur une conjonction comme la 1ère et la IVème avant elle. Une conjonction est la configuration la plus importante et elle autorise les renouveaux de premier plan. C’est un nouveau départ… Ce fut évidemment le cas en 1958, de même qu’en 1997 quand le socialiste Lionel Jospin a remporté contre toute attente les législatives et obligé le président gaulliste Jacques Chirac à le nommer Premier ministre.


Or, on voit sur nos deux graphiques que Jupiter et Neptune forment une nouvelle conjonction, précisément entre les deux tours de la présidentielle. Le plus probable est donc un changement de cap politique et l’élection d’un nouveau président ou d’une nouvelle présidente à la tête du pays.
Emmanuel Macron devrait d’ailleurs aborder la dernière partie de la campagne électorale en petite forme. Ses convisctions centristes dépendent en effet de Saturne et Uranus, qui ont formé un mauvais carré quelques mois plus tôt début 2022. A priori, cela n’est pas favorable pour Emmanuel Macron, de même qu’une autre mauvaise configuration entre ces deux planètes avait à notre avis lourdement pesé dans la défaite de Giscard d’Estaing contre Mitterrand en 1981. 


Examinons à présent les deux cartes astrales de la présidentielle, même si cela nous semble beaucoup plus secondaire. On voit sur la carte du premier tour un Pluton mal entouré par le Soleil, Mercure et la Lune. Cela peut favoriser le Rassemblement National de Marine Le Pen qui, souvent, profite d’un mauvais Pluton.


En même temps, ce même Pluton est bien relié à la conjonction Jupiter-Neptune. C’est peut-être le plus important, car un « bon » Pluton correspond aux formations conservatrices traditionnelles et notamment à LR en France. Le mouvement gaulliste avait été lancé en 1947 sur une conjonction Saturne-Pluton et nous en avons eu une en janvier 2020, ce qui promet en théorie un renouveau pour cette formation. 


A une nuance près, qui tient à la « dédiabolisation » du Rassemblement National par Marine Le Pen : sa nouvelle politique est devenue globalement assez conservatrice d’une façon beaucoup plus traditionnelle, ce qui ne peut que rendre un peu plus humble pour apprécier les chances respectives de LR et du RN dans ces élections.


Au second tour, on voit en tout cas la conjonction Jupiter-Neptune être encore mieux entourée qu’au premier. En fait, on a un grand triangle positif qui part de Pluton, englobe la conjonction Jupiter- Neptune avec Vénus en prime et rejoint favorablement Uranus et Mercure. Cela donne « plutôt » l’impression d’une victoire conservatrice et on peut a « priori » privilégier en premier lieu un succès d’un candidat émanant ou proche de LR. En tout cas, Pluton est là très bien servi et en théorie cela est surtout positif pour la formation d’origine gaulliste. A priori, cela favorise LR.


On voit ensuite que la Lune est mal placée sur les deux tours et notamment avec Saturne au second par une conjonction. Or, la Lune représente le peuple français dans une telle élection. En étroite liaison avec Saturne, qui est une planète assez austère, on se dit que le scrutin ne devrait pas entraîner d’enthousiasme débordant de la part des électeurs. Ils devraient a priori plutôt voter sans grandes illusions mais peut-être avec une belle maturité d’esprit.


Voici la carte du 1er tour le 10 avril 2022 à 20h00

Et celle du second tour le 24 avril :

ET CELLE DU SECOND TOUR LE 24 AVRIL :

La présidentielle française

Rarement une élection politique en France aura suscité autant d’intérêt, d’espoirs ou de méfiances. Le pays est en effet en pleine déliquescence, en proie à des violences multiples, à des critiques de plus en plus virulentes contre une justice accusée de laxisme, une immigration coûteuse et sans contrôle ou une politique sanitaire mensongère.

L’élection aura sans doute lieu à cheval entre avril et mai 2022. Le cycle planétaire de la 5ème République, entre Jupiter et Neptune, va se renouveler par une conjonction le 12 avril. C’est l’angle majeur par excellence entre ces deux planètes et cela annonce donc la possibilité de changements profonds pour la politique française.

En règle générale, une telle conjonction ayant lieu juste avant une élection de cette importance signifie un bouleversement complet de l’orientation politique. Emmanuel Macron ne devrait donc pas être réélu, à la condition bien entendu que ce calendrier électoral soit respecté. Néanmoins, une telle conjonction planétaire n’indique pas dans quel sens devrait se faire le changement de cap. Cela peut basculer aussi bien à gauche qu’à droite. On peut simplement se faire aujourd’hui la réflexion qu’il y a plus de chances que la réorientation se fasse sur la droite et non sur la gauche, les raisons en étant multiples.

Une conjonction entre Jupiter et Neptune a toujours eu une importance particulière pour la France, trois des cinq Républiques ayant été fondées dans la foulée immédiate d’une telle relation planétaire : la 1ère en 1792, la quatrième en 1946 et la cinquième par le Général de Gaulle en 1958.

Plus près de nous, le socialiste Lionel Jospin a renversé la majorité conservatrice en 1997 après la dissolution de l’Assemblée Nationale par le président Jacques Chirac. Ce dernier pensait conserver les rênes du pouvoir, mais il n’avait sans doute pas remarqué que le scrutin législatif se déroulait dans la foulée immédiate d’une conjonction entre Jupiter et Neptune. La gauche l’a donc emporté contre toute attente…

Avec la présidentielle du printemps 2022, une alternance politique est donc le plus probable. Emmanuel Macron ne devrait donc pas être réélu. Il devrait l’être d’autant moins qu’il appartient à la famille centriste, qui dépend pour sa part du cycle entre Saturne et Uranus. Comme Valéry Giscard d’Estaing en 1974, Emmanuel Macron a été élu président sur un joli trigone positif de 120° entre ces deux planètes. Et comme Valéry Giscard d’Estaing en 1981, il va subir une mauvaise configuration juste avant l’élection présidentielle de l’an prochain. Pour Giscard, cela avait été un demi-carré négatif de 45° et pour Macron ce sera un carré non moins nocif de 90° : cela devrait gâcher largement sa campagne électorale et contribuer à son probable échec. Comme cela avait été le cas pour Giscard d’Estaing en 1981.

Qui pourrait succéder à Emmanuel Macron ?

Admettons donc que le président sortant ne puisse pas être réélu… La gauche ne semble pas en bonne position pour remporter la présidentielle, depuis la présidence assez pitoyable de François Hollande. Elle dépend surtout de Neptune et notamment du cycle Saturne-Neptune, qui est en phase décroissante jusque vers 2026 : cela ne favorise donc pas les idées et politiciens de gauche. Ce n’est d’ailleurs pas spécifique à la France, car toute l’Europe penche beaucoup plus à droite dans la période actuelle. La gauche et ses lubies écologistes ou pro-imigration ne font pas recette, c’est le moins qui l’on puisse dire.

En revanche, on a eu pendant l’hiver 2020 une conjonction de Saturne à Pluton, le tandem de ces deux planètes concernant spécialement au plan politique les formations conservatrices. En France, cela influe spécialement sur la famille gaulliste, actuellement dénommée « Les Républicains » (LR). Le Général de Gaulle avait d’ailleurs fondé son parti politique en 1947 sur une conjonction Saturne-Pluton…

Comme ce fut le cas lors de la précédente conjonction au début des années 1980, le parti gaulliste devrait trouver dans la nouvelle conjonction un souffle revigoré. Dans les années 1980, cela avait permis à Jacques Chirac de faire progresser le RPR jusqu’en 1986 où il avait remporté les élections législatives et de devenir alors Premier ministre.

On pouvait donc s’attendre à un nouveau dynamisme de LR depuis l’an dernier. Pour le moment, force est de constater que ce n’est pas le cas. Au contraire, le parti LR subit régulièrement des crises car le président Macron cherche et réussit souvent à débaucher des têtes d’affiche LR pour s’allier à son mouvement. Ce fut surtout le cas avec le Premier ministre Édouard Philippe et aujourd’hui avec les ministres Bruno Le Maire à l’économie et Gérald Darmanin à l’intérieur, ainsi que pour les élections régionales, notamment avec le ralliement de Renaud Muselier dans le sud du pays…

Pour le moment, LR n’a donc pas vraiment le vent en poupe pour la présidentielle et aligne déjà quatre ou cinq candidats au charisme peu évident. En revanche, on voit bien que la situation profite essentiellement à Marine Le Pen, présidente du Rassemblement National.

En 2022, Emmanuel Macron ne devrait donc pas être réélu, à cause du cycle de Jupiter à Neptune. A priori, compte tenu du renouvellement du cycle Saturne-Pluton, cela devrait profiter à la droite traditionnelle. Celle-ci devrait donc en bonne logique réussir à remporter l’élection présidentielle.

Cependant, pour le moment du moins, ce n’est pas vraiment le scénario le plus probable en cas d’alternance politique. C’est Marine Le Pen qui s’affirme actuellement comme la principale opposante à Emmanuel Macron et, dans les sondages, elle fait quasiment jeu égal avec lui pour le scrutin présidentiel.

A ce stade, deux hypothèses sont possibles : la première est qu’apparaisse un candidat de LR qui réussisse à s’imposer et à remporter l’élection présidentielle; la seconde est que ce soit Marine Le Pen qui s’impose face à Emmanuel Macron et, dans ce cas, cela impliquerait que son parti du Rassemblement National est devenu un parti conservateur traditionnel et non plus une formation d’extrême-droite antisystème.

Au plan purement politique, on voit bien que 70 à 80% des électeurs sont plutôt favorables aux thèses de Marine Le Pen concernant la sécurité et l’immigration. En revanche, ils sont défavorables à plus de 50% au plan économique et fiscal, son programme très étatiste et fort peu libéral ne pouvant qu’entraîner de nouvelles et lourdes hausses d’impôts. C’est sans doute là le problème essentiel, la France étant déjà le pays le plus lourdement taxé de tous ceux de l’OCDE.

Il n’est en tout cas pas possible de privilégier l’une ou l’autre hypothèse au plan purement astrologique, un succès de Marine Le Pen ou d’un candidat LR. La question demeure en suspens. La seule hypothèse la plus probable à ce stade, si le scrutin présidentiel a bien lieu au printemps 2022, est que le président actuel soit remplacé par un candidat du mouvement gaulliste LR ou par Marine Le Pen du Rassemblement National.

Carte de la conjonction Jupiter-Neptune du 12 avril 2022

Uranus-Neptune et les maigres récoltes

Uranus-Neptune et les maigres récoltes

C’est un des traits caractéristiques d’une confrontation entre Uranus et Neptune, comme c’est le cas depuis 2017 : l’agriculture souffre et cela mène souvent à la hausse des prix, des restrictions alimentaires et même des famines.

Actuellement, le Programme Alimentaire Mondial de l’ONU redoute cette année des famines pour environ 270 millions de personnes. L’ONU est connue pour ses exagérations et chantages, afin de capter davantage de fonds des États membres. Cependant, même si le chiffre est excessif, on se doute que le problème n’en est pas moins réel. Le coronavirus et ses conséquences économiques ne peuvent en tout cas que renforcer les problèmes d’alimentations dans les pays ou continents qui y sont déjà très sensibles structurellement. Les changements climatiques aggravent également cette situation.

Ces famines ou risques de famines concernent essentiellement l’Afrique, mais aussi la Corée du Nord qui manie mieux les missiles que les hectares de blé ou de riz. Certaines régions asiatiques sont également frappées par de mauvaises récoltes.

En France, en Italie et en Espagne, les gels tardifs de ce printemps ont détruit beaucoup de vignobles et de vergers : on s’attend à ce que le prix des pommes, poires, abricots, pêches, raisins et autres cerises s’envolent sur les mois à venir…

Déjà, l’an dernier, la France avait connu des récoltes de céréales peu abondantes. La collecte de blé avait chuté de -20 à -25%, celles de l’orge et du colza de -30%. A cause d’inondations ici ou là et parfois d’invasions localisées de pucerons.

L’Afrique de l’Est, notamment le Kenya, ont également beaucoup souffert l’an dernier à cause d’une invasion de « criquets pèlerins » qui ont ravagé des centaines et des centaines de milliers d’hectares de cultures. A présent, c’est dans le Sud des États-Unis que l’on redoute les dégâts des « cigales zombies » qui, tous les 17 ans, sortent de terre pour détruire toutes les cultures sur leur passage.

Et si l’on veut une caricature de ce que peut produire un choc Uranus-Neptune sur l’agriculture, on peut remonter à la Révolution française. De 1787 à 1789, Uranus et Neptune ont formé un carré négatif de 90°, renforcé par deux mauvais sesqui-carrés de 135° de Saturne à ces deux premières planètes.

Cela a commencé en 1787 par des inondations catastrophiques, suivies par une sécheresse dramatique et des orages de grêle pendant l’été 1788. Cela a provoqué ce que l’on a appelé la « guerre des farines » avec une envolée des prix des céréales, un des éléments moteur de la Révolution qui a débuté l’année suivante en 1789.

Heureusement, la confrontation entre Uranus et Neptune est à la fin de son influence négative. Ce sera totalement le cas l’an prochain en 2022. On peut alors espérer de meilleures récoltes et, aussi, la disparition ou le contrôle du coronavirus qui dépend également de ce mauvais couple planétaire actuel.

Le demi-carré négatif de 45° entre Uranus et Neptune au 12 avril 2021. On remarque qu’il commence lentement à se détendre…

Le gauchisme abandonné par Uranus et Neptune


Le procès concernant la mort de George Floyd continue d’alimenter la presse américaine. Un sondage est cependant absent de la propagande « progressiste » car il gêne les nouveaux khmers rouges de la pensée unique.


Seuls 36% des Américains pensent que George Floyd a été victime d’un meurtre, selon un sondage USA Today/Ipsos. Il y a 1 an, cette proportion atteignait 60%… Dans le même sens, la confiance accordée à Black Lives Matters est également en forte chute, y compris chez les Noirs. Enfin, la confiance dans les forces de police est en forte augmentation.


La conclusion est donc que les Américains ne considèrent pas que le policier qui a tué Floyd a cherché à le faire volontairement, même si son usage excessif de la force est évident. Cette perception simplement équilibrée de la mort de Floyd est évidemment à l’opposé de toutes les campagnes vindicatives de la presse américaine, des réseaux sociaux qui censurent tout point de vue non gauchiste qui les dérange, etc. Les Américains n’adhèrent donc pas du tout au machiavélisme de la pensée unique.

Seuls 36% des Américains pensent que George Floyd a été victime d’un meurtre, selon un sondage USA Today/Ipsos. Il y a 1 an, cette proportion atteignait 60%… Dans le même sens, la confiance accordée à Black Lives Matters est également en forte chute, y compris chez les Noirs. Enfin, la confiance dans les forces de police est en forte augmentation.

La conclusion est donc que les Américains ne considèrent pas que le policier qui a tué Floyd a cherché à le faire volontairement, même si son usage excessif de la force est évident. Cette perception simplement équilibrée de la mort de Floyd est évidemment à l’opposé de toutes les campagnes vindicatives de la presse américaine, des réseaux sociaux qui censurent tout point de vue non gauchiste qui les dérange, etc.

Les Américains n’adhèrent donc pas du tout au machiavélisme de la pensée unique.Il est peut-être intéressant de noter que le gauchisme actuel, sous ses différentes formes, est de plus en plus critiqué et de plus en plus lourdement dans les pays occidentaux.

La France n’y fait pas exception, surtout depuis l’assassinat de Samuel Paty : les critiques pleuvent contre les idéologues écolos autant que l’inaction contre les bandes de jeunes Migrants, le laxisme judiciaire devenu une généralité, les dénonciations odieuses de l’UNEF islamo-gauchiste contre des enseignants à Grenoble, etc.Cela peut à notre avis provenir du fait que le demi-carré négatif de 45° entre Uranus et Neptune est en train de se dissoudre progressivement.

Apparu de façon exacte en 2017, on ne pourra plus parler de confrontation entre ces deux planètes d’ici quelques mois et il n’en restera que quelques miasmes au début de l’année 2022.

Il a apporté un gauchisme multi-formes en s’installant et il peut inverser la balance en se dissolvant petit à petit.Comme il concerne aussi le coronavirus, cela donne l’espoir de voir la pandémie s’éteindre progressivement, soit naturellement soit par l’effet des campagnes de vaccinations. Ou peut-être sous l’effet conjugué des deux…

En tout cas, les excès gauchistes assez délirants de ces dernières années vont peut-être s’estomper progressivement. On va peut-être revenir un peu plus sur terre et moins entendre parler des délires genrées des écologistes, des excès d’un féminisme dénaturé, d’un anti-racisme victimaire manipulateur et anti-blancs, d’un islamo-gauchisme meurtrier ou de la complaisance vis à vis des groupuscules violents d’extrême-gauche.

Carte du demi-carré Uranus-Neptune en voie de dissolution lente au 10 mars 2021 :