Récession ou pas…

Le phénomène actuel de « concentration planétaire » pousse aux récessions et même à des récessions profondes. Saturne pourrait cependant limiter la casse…

Actuellement, en fait depuis 2020 jusqu’en 2024, nous avons un phénomène de « concentration planétaire » avec les planètes dites « lentes » : Jupiter, Saturne, Uranus, Neptune et Pluton sont concentrées sur un arc de cercle limité de seulement 110° sur les 360° du cercle zodiacal. Lors du même phénomène lors du début des années 1980, on avait assisté à une profonde récession mondiale de 1980 à 1982.

Cet hiver pourrait peut-être se trouver spécialement concerné car les planètes ou astres dits « rapides » seront également concentrés à l’intérieur de cet arc de cercle. Il s’agira par moments de la lune pendant quelques jours, et surtout du Soleil, de Mercure et de Vénus jusqu’à la fin avril. Dans ces conditions, il est possible que l’on se rende compte cet hiver que la croissance mondiale subit un véritable et peut-être brutal accès de faiblesse.

On peut cependant se demander si Saturne ne va toutefois pas apaiser un peu la situation, et peut-être alléger la pression sur la croissance mondiale, notamment celle des pays occidentaux. En effet, Saturne est dans le signe du Verseau et, pendant globalement tout l’hiver, la planète aux anneaux va se trouver entre Neptune et Pluton dans une position relativement favorable (voir notre graphique ci-dessous). En tout cas, la situation économique mondiale mérite sur les trois prochains mois d’être suivie avec la plus grande attention…

En France, la situation est spécialement inquiétante. Le pays est en plein chaos social et politique, en fait quasiment au bord de la guerre civile. Plus aucune institution ou service public ne fonctionne correctement, les déficits et les dettes de la France se montant à un record de 3 000 milliards d’euros. Les impôts et les taxes n’ont jamais été aussi délirants qu’élevés, pénalisant lourdement le pouvoir d’achat des ménages comme l’investissement des entreprises.

De surcroît, l’idéologisme de l’exécutif macronien lui fait approuver les bévues et les incohérences les plus graves de l’Union Européenne et de la Commission de Bruxelles. C’est notamment vrai dans le domaine de l’énergie et on n’a jamais assisté à autant de faillite de petites et moyennes entreprises depuis l’année dernière, de surcroît à cause des crédits Covid à rembourser. Le premier semestre de cette année risque d’être encore plus catastrophique et de susciter une colère des chefs d’entreprise, des artisans et des commerçants qui sont massivement au bord de la faillite. Les deux-tiers des boulangeries pourraient par exemple disparaître au pays de la baguette !

Cette situation désastreuse est tout à fait en adéquation avec la conjonction entre Jupiter et Neptune qui est en train de se nouer depuis huit à dix mois. Or, il s’agit du cycle planétaire le plus influent pour la France et, à chaque renouvellement de celui-ci, il y a toujours des changements politiques : ils sont parfois mineurs mais très souvent majeurs.

Trois Républiques françaises ont été fondées sur le renouvellement de ce cycle entre Jupiter et Neptune. En 1997, le socialiste Lionel Jospin est devenu Premier ministre à la surprise générale sous la présidence conservatrice de Jacques Chirac, quelques mois seulement après une conjonction entre ces deux planètes.

Une crise sociale a déjà débuté avec la réforme des retraites, que la majorité de la population ne comprend pas, l’exécutif macronien se comportant comme à son habitude avec désinvolture, vanité et arrogance. A présent, la France paraît en plus exposée à une probable crise politique. Cette dernière pourrait être de grande ampleur et, au moins potentiellement, peut-être mener à des bouleversements politiques importants.

Sans tomber dans la politique fiction, on peut au moins « envisager » que cela puisse affecter l’Assemblée nationale qui pourrait être éventuellement dissoute, voire concerner la présidence d’Emmanuel Macron à la tête de l’État. Nous avons déjà abordé le très mauvais thème natal en ce moment d’Emmanuel Macron et, pour le moment, on voit bien que cela se confirme avec l’effondrement du pays et le rejet de plus en plus massif dont il fait l’objet.

Les difficultés du président de la République à gouverner le pays sont extrêmement fortes et même menaçantes : entre les scandales de corruption à répétition qui touchent son entourage comme ses ministres et l’affaire McKinsey qui le concerne directement, entre les faillites d’entreprises et la destruction probable de centaines de milliers d’emplois à cause du dogmatisme élyséen sur l’électricité européenne, entre la réforme des retraites et l’envolée de l’inflation et des taxes, il y a actuellement un climat tout à fait explosif en France…

A écouter et voir sur YouTube :

Carte du ciel de la concentration planétaire actuelle et de la conjonction entre Jupiter et Neptune : Jupiter commence à s’éloigner un peu de Neptune d’environ 11° à présent et il commence à pouvoir stimuler tous les effets d’un tel cycle planétaire :

Un soutien planétaire de fond à l’Ukraine !

L’armée ukrainienne pourrait bénéficier du cycle Uranus-Neptune qui est arrivé à une boucle positive depuis l’été 2022. En revanche, le Kremlin a du souci à se faire car le cycle Saturne-Neptune propre à la Russie est en fin de parcours…

Nous avions signalé il y a 3 semaines que la Russie risquait de marquer quelques points dans son invasion de l’Ukraine : une petite boucle positive du cycle planétaire Saturne-Neptune, qui influe fortement sur la Russie, s’est en effet nouée le 7 janvier dernier sous la forme d’un demi-sextile favorable de 30°.

De fait, les milices Wagner ont fini par prendre la petite ville de Soledar et elles menacent Bakhmout. Par ailleurs, les missiles russes parviennent à désorganiser la production d’électricité, plongeant les Ukrainiens dans le noir et souvent sans chauffage ni eau potable.

Cela dit, on peut penser que ces succès russes ne vont pas perdurer bien longtemps. Ils peuvent se poursuivre en janvier, peut-être encore en février, mais cela ne devrait pas être très spectaculaire au bout du compte.

En tout cas, le cycle qui influe fortement la Russie (début de cycle lors de la prise du pouvoir par les Bolcheviks en 1917, du décès de Staline en 1953 et du début de la chute de l’URSS en 1989) est en train de s’achever et ne se renouvellera qu’en 2026. C’est donc une fin de partie que joue Vladimir Poutine et cela ne se passe jamais bien… Mikhaïl Gorbatchev en a déjà fait l’expérience en arrivant au pouvoir en 1985, soit quatre années avant le renouveau du cycle entre Saturne et Neptune en 1989 : il a échoué à réformer l’URSS, qui s’est effondrée… Poutine devrait donc échouer de la même façon, notamment dans ses plans démoniaques d’annexion de l’Ukraine.

Il est par ailleurs possible que l’Ukraine dépende du cycle entre Uranus et Neptune, qui a débuté l’été dernier une boucle positive képlérienne de 54° qui va perdurer jusqu’en 2025. Nous ne pouvons affirmer avec certitude que l’Ukraine dépende de ce cycle planétaire, ce n’est ici qu’une esquisse possible mais déjà bien argumentée.

En effet, la boucle positive entre Uranus et Neptune de 54° a commencé de façon « exacte » l’été dernier. Le premier angle exact a eu lieu le 14 août, coïncidant avec la contre-offensive ukrainienne victorieuse dans le Donbass, qui a été lancée dès le début de ce mois et a ensuite gagné en intensité surtout à partir du 29 août. Un second angle exact a eu lieu le 12 novembre dernier et cela a correspondu avec la reconquête de la ville de Kherson au sud du pays, annoncée par l’armée ukrainienne dès le 10 novembre.

En résumé, il semble bien qu’il y ait un lien très étroit entre le cycle Uranus-Neptune et l’Ukraine. Si c’est bien le cas, malgré les revers, les massacres et les destructions de la Russie, l’Ukraine pourrait poursuivre une résistance efficace et, peut-être, finir par obtenir au bout du compte le retrait des troupes d’occupation.

Le prochain angle exact entre Uranus et Neptune aura lieu le 30 juin prochain. C’est un peu loin, c’est vrai, et cela donne la possibilité à la Russie de continuer à empoisonner la vie des Ukrainiens pendant quelques semaines, peut-être quelques mois.

Mais il faut aussi prendre en compte que la boucle cyclique positive entre Uranus et Neptune est désormais installée : cela rend assez plausible qu’elle soutienne désormais les efforts ukrainiens sur le long terme, les angles « exacts » de 54° pouvant alors seulement correspondre à des succès plus ponctuels et spectaculaires autour de leur passage.

En revanche, pour la Russie, la boucle actuellement positive entre Saturne et Neptune de 30° se situe en fin de cycle et est donc globalement secondaire à l’intérieur d’une évolution sur le fond très négative. On le voit d’ailleurs avec l’isolement complet du psychopathe du Kremlin sur la scène internationale, la Chine pouvant elle-même finir par s’écarter de lui… Par ailleurs, la boucle positive actuelle est la dernière depuis un premier passage fin mai dernier, qui avait correspondu avec quelques succès passagers de l’armée russe dans le Donbass en mai et juin. Il n’est donc pas acquis que les progrès russes actuels sur le champ de bataille puissent durer bien longtemps. On serait tentés de se dire, en fait, que cela ne devrait au mieux pas dépasser le mois de février…

Notre analyse sur ce conflit constitue à notre avis des repères très intéressants à suivre et à confronter avec la réalité qui est en train de se dérouler. Pour le moment, nous ne nous sommes pas trompés sur le début de la guerre le 22 février 2022 (demi-carré Jupiter-Pluton, Pluton signifiant au négatif des guerres possibles et aussi des menaces nucléaires); nous avons aussi visé juste sur les progrès russes fin mai et juin 2022 (demi-sextile positif de 30° entre Saturne et Neptune, le cycle de la Russie); nous ne nous sommes pas non plus trompés actuellement avec les progrès russes et la prise de Soledar ces derniers jours (nouvel et dernier angle positif de 30° entre Saturne et Neptune), et peut-être d’autres avancées russes à venir sur les prochaines semaines.

A présent, le vrai test sera de voir si l’Ukraine dépend vraiment de l’influence positive d’Uranus et Neptune. Si c’est bien le cas, l’Ukraine devrait résister victorieusement à l’invasion russe sur les prochains mois, voire les prochaines années si la guerre perdure.

A écouter et voir aussi sur YouTube :

Carte du ciel le 14 janvier avec d’un côté le demi-sextil positif entre Saturne et Neptune qui favorise en ce moment la Russie; et de l’autre l’angle képlérien positif de 54° (à 52° en ce moment) qui semble soutenir sur le Fond l’Ukraine.

France : vers une crise révolutionnaire ?

La France est-elle en passe de subir une crise révolutionnaire ? C’est bien possible, étant donné que le cycle planétaire principal de l’hexagone, entre Jupiter et Neptune, est en train de renouveler. Cela peut impliquer potentiellement de profonds bouleversements politiques.

Le renouvellement du cycle entre Jupiter et Neptune ou conjonction de 0° entre les deux planètes, qui se produit tous les 13 ans environ, a bien souvent une profonde influence sur la politique française. Ce cycle a formé sa dernière conjonction au printemps dernier et on a déjà assisté à un changement de Premier ministre et une réorientation du centre-droit vers le centre-gauche. L’Assemblée Nationale élue ensuite a abouti à l’émergence de 4 blocs politiques distincts et sans majorité absolue : cette Assemblée est donc ingouvernable dans sa forme actuelle.

Ces changements sont peut-être les seuls à attendre. Cependant, étant donné le mouvement particulier de ces deux planètes en ce moment, la conjonction est seulement en train de se former totalement : Jupiter commence lentement depuis le mois de novembre dernier à s’éloigner de Neptune. L’écart angulaire est à présent de 9° et il va rapidement augmenter pour atteindre 30° au printemps prochain. Autrement dit, la conjonction est en train de s’installer complètement : ses effets possibles sur la politique française vont par conséquent pouvoir être appréciés complètement avec le recul nécessaire sur les semaines et mois à venir.

Pour donner quelques indications sur les effets en France d’une conjonction entre Jupiter et Neptune, prenons seulement trois exemples parmi les plus caricaturaux :

– Fondation par la Convention de la 1ère République française le 21 septembre 1792, juste après le passage d’une conjonction Jupiter-Neptune. L’opposition de Saturne à cette conjonction a fait basculer rapidement le nouveau régime dans la Terreur.

– Fondation de la 5ème République actuelle par un référendum le 28 septembre 1958 avec le nouveau président Charles de Gaulle.

– Renversement politique en mai-juin 1997 avec la victoire législative des socialistes sous la présidence conservatrice de Jacques Chirac. Le socialiste Lionel Jospin est nommé Premier ministre en remplacement du conservateur Alain Juppé. Une conjonction Jupiter-Neptune venait d’avoir lieu au mois de janvier précédent.

Aujourd’hui et jusqu’à l’été prochain approximativement, on peut donc estimer qu’il « peut » y avoir de nouveaux bouleversements politiques en France. Cela peut éventuellement se traduire de différentes façons qui peuvent d’ailleurs se cumuler : dissolution de l’Assemblée Nationale et nouvelle majorité, démission du président de la République, nomination d’un nouveau Premier ministre de tendances politique différente d’Elisabeth Borne.

En tout cas, on voit aujourd’hui que la France va non seulement mal mais que rien ne va plus dans tous les domaines : système de santé explosé, inflation explosive dans tous les domaines, criminalité exponentielle, immigration massive, sans contrôle et horriblement coûteuse, crise monstrueuse de l’énergie pour les entreprises comme les ménages à cause de l’idéologie écologiste, Éducation nationale en plein effondrement, fiscalité explosive et taxes à gogo, effondrement de moitié en quelques années du parc locatif privé, etc.

Le président Macron a présenté hier un nouveau et énième « plan santé ». Personne n’a rien compris à ce qu’il allait pouvoir améliorer et, en fait, il ne servira visiblement à rien car il ne change quasiment rien.

Le gouvernement a par ailleurs indiqué que les prix de gros de l’électricité pour les entreprises, notamment les boulangeries, etc., allait être bloqué à 280 € le MWh au lieu de sommets vers 700 ou même 1 000 € l’été dernier. Là aussi, on se demande ce que cela peut bien changer, les prix il y a un an seulement se situant à 50 ou 60 €. Le gouvernement se félicite donc de prix multipliés par 5 à 6, alors que les centrales nucléaires françaises produisent l’électricité la moins chère en Europe et autour de 42 € seulement.

Emmanuel Macron avait le choix de quitter le dément système européen d’électricité. Mais il se contente là aussi de quelques petites rustines, sans doute bien insuffisantes pour faire face au problème posé.

On se demande au final si les décisions de l’exécutif macronien vont vraiment permettre de stopper la vague des faillites qui se développe chez les boulangers, les bouchers, les pressings, les petits supermarchés, les menuisiers, etc. Sans compter les collectivités locales, qui sont soumises aux mêmes hausses démentielles. Elles vont évidemment en profiter pour rajouter une couche fiscale de plus au millefeuille si étoffé des impôts, taxes et prélèvements sociaux français…

Outre les Gilets Jaunes d’extrême-gauche qui essayent de refaire surface, les artisans et commerçants appellent à manifester le 23 janvier prochain, du jamais vu sous la 5ème République. Si leur survie est effectivement en jeu, ce que l’on peut continuer à penser, alors la France risque réellement d’entrer dans une période révolutionnaire ou insurrectionnelle. Comment peut-on en effet penser que des millions de gens vont accepter d’être ruinés par l’incompétence et l’arrogance des politiciens sans réagir ? Or, cela fait 40 ans que le pays se délite progressivement et, là, la goutte d’eau a fait déborder le vase et l’effondrement est complet.

Nous avons déjà abordé le thème astrologique d’Emmanuel Macron, qui est très mauvais en ce moment et même potentiellement inquiétant pour lui. Outre la révolte populaire actuelle, l’affaire McKinsey avec son possible pacte de corruption peut aussi peser si de nouveaux développements compromettants pour le président émergent au grand jour.

En tout cas, pour redresser la France, on se demande quelle est la qualification de ceux qui l’ont plongé dans le chaos. C’est probablement mission impossible et il faudrait donc une nouvelle équipe et une nouvelle politique. Pour le meilleur ou pour le pire…

A écouter et voir aussi sur YouTube :

https://www.youtube.com/watch?v=eQKDDxRQ5Ho

Carte du ciel montrant l’écartement progressif de Jupiter vis à vis de Neptune le 7 janvier 2023. On voit notamment que Jupiter vient de quitter le signe des Poissons où se situe Neptune pour entrer dans le signe combatif du Bélier : cela peut constituer le début d’une franche rupture politique…

Une immense corruption rendue… invisible !

La concentration planétaire actuelle pousse à l’égoïsme, au repli sur soi, au nationalisme et aux guerres mais aussi… au développement de la corruption politique et financière. En la matière, on est généreusement servis !

Les planètes qui déterminent les cycles et les événements les plus importants sur Terre sont constituées par Jupiter, Saturne, Uranus, Neptune et Pluton. Or, ces cinq planètes évoluent sur un arc de cercle de seulement 110° sur les 360 du zodiaque. C’est un orbe limité et il ne s’élargira qu’à partir de 2024, quand Jupiter s’évadera de cet arc de cercle en dépassant Uranus en Taureau (notre graphique ci-dessous). Dans l’immédiat, la corruption peut encore atteindre de nouveaux sommets.

Une situation planétaire similaire avait eu lieu à la fin des années 1970 et au début des années 1980 : on avait alors eu notamment en France le scandale de l’affaire Boulin et des diamants de Giscard, comme aux Etats-Unis celui de l’Iran-Contra ou Irangate…

Actuellement, on peut recenser au moins trois scandales majeurs de corruption avérée ou du moins très probable. Ne parlons même pas de Vladimir Poutine à l’enrichissement éhonté, mais dans un pays non démocratique et très corrompu par nature.

– Le premier scandale concerne le président américain Joe Biden. Pour protéger son fils Hunter, lourdement soupçonné de corruption dans ses liens avec un oligarque ukrainien, le président a fait payer par le FBI 3,5 millions de dollars aux anciens dirigeants de Twitter pour supprimer les posts et les comptes personnels d’internautes faisant état de la plausible implication du fils du président.

Ce faisant, le président Biden a probablement violé la Constitution américaine et son Premier amendement en violant la liberté d’expression et en interdisant de facto aux Américains d’être informés des graves accusations pesant sur Hunter Biden. De plus, le conflit d’intérêt et le détournement de fonds publics paraissent assez évidents.

Curieusement, aucune commission parlementaire bipartisane n’a été mise en place pour enquêter sur cette sinistre affaire. Par ailleurs, un procureur enquête sur les soupçons de corruption du fils Biden. Mais aucun procureur spécial et indépendant n’a été désigné par la Justice pour faire de son côté la lumière sur le rôle sulfureux du président Joe Biden lui-même. Les médias « bien-pensants » n’en parlent pas davantage, seulement quelques journaux conservateurs comme le New York Post notamment.

– Le second scandale de premier plan concerne l’Union Européenne. On a déjà des parlementaires probablement achetés pour faire la promotion du Qatar et du Maroc et la détention d’une Vice-présidente socialiste grecque. Mais il y a probablement pire et cela concerne la Commission Européenne et notamment sa présidente, Ursula von der Leyen.

Alors qu’elle était auparavant ministre de la Défense en Allemagne, 100 millions d’euros se sont volatilisés, semble-t-il octroyés à des copains et des coquins de l’entourage de von der Leyen. En arrivant à la Commission, elle a encore dépensé sans compter plus de 70 000 euros pour s’aménager un studio sur place, tout en conservant la généreuse indemnité de plus de 4 000 euros pour louer un appartement à Bruxelles qu’elle n’utilise donc pas…

Pire, elle a acheté des dizaines de millions de doses du vaccin anti-covid de Pfizer, alors que son mari Heiko dirige le laboratoire pharmaceutique Orgenesis pour le même… Pfizer ! Le conflit d’intérêt paraît caricatural…

Encore pire : au nom de la Commission et de l’Union Européenne, Ursula von der Leyen a donné au labo de son mari 320 millions d’euros pour une mission assez obscure en Italie. Encore plus pire : le labo de son mari n’avait a priori pas le droit de solliciter et d’encaisser cette subvention colossale, car non enregistré pour cela en Italie à ce moment-là. Là aussi, le conflit d’intérêt et l’enrichissement personnel paraissent assez flagrants.

Cerise sur le gâteau, la si dépensière Ursula von der Leyen, déjà payée pour un revenu global tout à fait indécent de plus de 35 000 euros par mois, a organisé récemment une « soirée fantôme » pour la somme colossale de 487 000 euros avec seulement… 5 convives !

Comme pour l’affaire qui touche le président américain, les médias « bien-pensants » ne parlent pas du tout des différents scandales réels ou supposés qui affectent si lourdement la présidente de la Commission Européenne. Aucune enquête judiciaire n’a non plus été lancée sur les nombreux et étayés soupçons de conflits d’intérêts et de détournements de fonds publics européens. Curieusement aussi, aucun pays des 27 membres de l’Union Européenne n’a demandé sa démission…

– Le troisième scandale politico-financier potentiel concerne le président Emmanuel Macron et le cabinet de conseils McKinsey. A peine élu pour son premier mandat en 2017, le président nomme le président de McKinsey France à la tête de l’école polytechnique, un poste éminemment lucratif. Par ailleurs, le cabinet voit ses « missions » atteindre des sommets et jusqu’à 1 milliard d’euros par an en 2021. Pire encore : McKinsey n’a payé aucun impôt pendant 10 ans, soit pendant que Macron était président ou auparavant ministre de l’Économie et des Finances…

En résumé, la question se pose évidemment de savoir s’il n’y a pas eu un pacte de corruption entre le président Macron et le cabinet McKinsey. En échange de contrats juteux et injustifiés comme de non-paiement d’impôts pendant 10 ans, McKinsey n’aurait-il pas financé illégalement l’ascension et les 2 campagnes électorales présidentielles de Macron en 2017 et 2022 ?

A la suite de plaintes ou réclamations de l’association Anticor, le PNF (Parquet National Financier) a fini par accepter d’ouvrir une enquête. Mais dans quel but ? Ce parquet plus politique que judiciaire a été nommé par François Hollande dans le seul but de poursuivre les adversaires politiques de la gauche, ce qui a bien été illustré par les poursuites contre François Fillon et l’emploi fictif de sa femme, déclenchées quelques heures seulement après des révélations de la presse évidemment « bien-pensante ».

Dans ces conditions, on peut se demander si ce sulfureux PNF va effectivement mener une enquête ou seulement faire semblant de le faire pour mieux l’enterrer et prononcer un non-lieu. Si c’était le cas, une fois de plus, un probable scandale politico-financier majeur serait rendu… invisible !

En résumé, on voit aujourd’hui de très graves affaires de probable corruption être découvertes, étalées sur la place publique et même être assez bien détaillées. A notre avis, elles résultent pour le moment de la concentration planétaire actuelle qui encourage la corruption politique et financière.

Cette concentration planétaire a aussi comme probable conséquence d’empêcher que ne saute le couvercle qui coiffe ces affaires et rend pour le moment impossible des conséquences judiciaires ou d’informations suffisamment larges du public. Peut-être cela va-t-il se répandre progressivement, tellement ces affaires sont majeures et déjà assez bien décortiquées. Ou peut-être faudra-t-il attendre 2024 pour que Jupiter sorte de cette concentration planétaire de Pluton à Uranus et permette que les éclairages publics et les poursuites judiciaires soient enfin d’actualité.

A écouter et voir aussi sur YouTube :

https://studio.youtube.com/video/lAEeoUC1fL4/livestreaming

Carte de la concentration planétaire au 31 décembre 2022 :

Vers des succès russes ?

Nous retrouvons début janvier une petite configuration entre Saturne et Neptune qui est théoriquement favorable à la Russie. Cela s’est déjà produit à la fin du mois de mai dernier et avait conduit l’invasion russe de l’Ukraine à des progrès dans le Donbass et à l’annexion de la ville portuaire de Marioupol.

Il est donc possible que l’armée russe parvienne à quelques progrès sur les semaines à venir. On pense notamment à la possible prise de Bahkmut dans le Donbass par les milices du groupe Wagner. Mais d’autres succès sont également possibles et pas seulement en Ukraine.

La Russie vibre en tout cas étroitement au rythme du cycle entre Saturne et Neptune. Le 6 janvier prochain, Saturne formera son dernier petit angle favorable de 30° ou demi-sextile à Neptune. Cela devrait donc favoriser les entreprises criminelles de Vladimir Poutine en Ukraine ou ailleurs de façon provisoire.

Cette relation positive Saturne-Neptune n’est pas très puissante en soi. Sur le fond, le cycle entre les deux planètes touche à sa fin et c’est toujours négatif. L’entreprise de Poutine en Ukraine constitue déjà un désastre pour la Russie, que ce soit au plan moral, diplomatique ou militaire.

Ce cycle planétaire ne se renouvellera qu’en 2026 et, d’ici le nouvel élan dont devrait ensuite bénéficier la Russie, le pays ne peut qu’accumuler les difficultés jusqu’à cette échéance. La situation actuelle est en fait similaire à celle de l’arrivée au pouvoir de Mikhaïl Gorbatchev en 1985, soit quatre années seulement avant l’effondrement de l’ex URSS en 1989 et le renouvellement la même année du cycle Saturne-Neptune.

Un cycle entre Saturne et Neptune dure en moyenne à peu près 35 années. Pour se convaincre de son emprise sur la Russie, il suffit d’observer l’histoire du pays depuis le début du 20ème siècle : la prise du pouvoir par les Bolcheviks a eu lieu en 1917 sur une conjonction ou renouvellement du cycle entre Saturne et Neptune; la conjonction suivante a eu lieu en 1953 et Joseph Staline est mort, remplacé par Nikita Khrouchtchev; et enfin, lors de la dernière conjonction en 1989, l’URSS s’est effondrée à partir de la chute du mur de Berlin en 1989.

La prochaine échéance aura donc lieu en 2026. C’est assez proche et cela impliquera sans aucun doute la fin du régime de plus en plus tyrannique mis en place par Poutine depuis une quinzaine d’années. C’est proche, mais on manque par ailleurs d’autres repères importants pour évaluer la durée de l’invasion sanglante de l’Ukraine et de cette guerre épouvantable. Dans l’immédiat, on peut redouter quelques progrès russes dans ce conflit barbare sur les prochaines semaines.

A voir et écouter aussi sur YouTube :

https://www.youtube.com/watch?v=Mp4XGfsKFWE

Carte du ciel du demi-sextile positif Saturne-Neptune le vendredi 6 janvier 2023 :

La folle Europe

L’Union Européenne accumule les revers et les problèmes, de l’insoluble crise énergétique à la corruption par le Qatar et le Maroc d’Eurodéputés de premier plan en passant par la gestion inexistante d’une immigration incontrôlée.

L’Europe dépend essentiellement du cycle Jupiter-Saturne. Celui-ci s’est renouvelé en 2020 et, depuis l’été dernier, il est arrivé à sa première boucle négative avec un demi-carré négatif de 45°. On en voit les résultats, l’Union Européenne accumulant les problèmes, notamment à cause de sa bureaucratie galopante et si chère payée,  comme la présidente de la Commission Européenne, l’Allemande Ursula von der Leyen, qui perçoit 32 000 euros nets non imposables…

Les problèmes de l’Europe sont à notre avis considérablement aggravés en ce moment par un phénomène de concentration planétaire : Jupiter, Saturne, Neptune et Pluton sont concentrés sur un arc de cercle de seulement 110° environ sur 360°. Cela est très négatif, accroît la durée et la profondeur des problèmes rencontrés et mène notamment aux guerres et aux récessions économiques.

De plus, un conflit sévère entre Saturne et Uranus a lieu depuis de longs mois et il mène de son côté à la hausse des taux à cause de l’inflation et également aux récessions. L’Europe n’est donc pas à la fête, loin de là…

Ces derniers jours, il était question de réformer le si aberrant « marché européen de l’électricité ». Mais aucun progrès ne semble avoir été fait, l’Allemagne bloquant toute évolution intelligente pour maintenir artificiellement une compétitivité économique qu’elle n’a pas en matière d’énergie. De son côté, la France se refuse par idéologie pro-européenne à sortir d’un marché aussi délirant qui fait payer des tarifs basés sur la centrale au gaz la moins rentable d’Allemagne. On peut supposer qu’un tel système, qui favorisait outrancièrement le gaz russe, n’est pas dénué non plus de systèmes de corruption.

Pour le moment, l’Europe est donc au fond du trou. Elle subit son arrogance contre la Russie en matière d’énergie, alors qu’aller donner des leçons de morale, même à juste titre, au psychopathe du Kremlin n’était évidemment pas très intelligent quand on dépend à ce point de son pétrole et surtout de son gaz. De surcroît, l’idéologie écologiste suivie par la Commission de Bruxelles mène à la crise énergétique actuelle pour avoir voulu saborder l’énergie nucléaire, la seule économique pour les entreprises et les ménages, et de surcroît non ou peu polluante. L’idéologie verte n’est pas renouvelable et n’a mené qu’au recours aux centrales à charbon et à lignite qui polluent toute l’Europe.

Pour le moment, on voit mal les solutions qui pourraient être trouvées par les actuels dirigeants européens, ceux qui en fait ont provoqué le désastre actuel de la construction européenne. Le pire est peut-être devant nous avec une récession potentiellement majeure à cause de tant d’errements, d’erreurs et sans doute de corruption.

A la fin du printemps prochain, le cycle Jupiter-Saturne abordera une boucle positive avec la formation d’un sextile géométrique constructif de 60°. Espérons que cela permettra de remettre l’Europe sur des rails un peu plus réalistes et conformes aux intérêts des peuples européens.

Et sur YouTube :

https://www.youtube.com/watch?v=Wjl8C7p2njU

Carte du ciel au 17 décembre :

Immigration : le fléau qui détruit l’Europe

L’immigration submerge toute l’Europe et notamment la France. Si elle n’est pas enfin endiguée, elle va évidemment tout détruire rapidement. La concentration planétaire actuelle peut permettre de mieux la contrôler, mais le temps presse…

Les planètes n’ont aucune morale particulière et, même lorsqu’elles sont théoriquement constructives, on s’aperçoit qu’elles provoquent parfois des dégâts importants ou même majeurs. On peut penser que c’est hélas le cas avec l’invasion migratoire africaine qui est en train de submerger l’Europe.

L’immigration actuelle, venue d’Afrique du Nord et subsaharienne, a commencé au lendemain de la seconde guerre mondiale dans la foulée du processus de décolonisation. Astrologiquement, on peut penser que cela a été permis et encouragé par Neptune et Pluton : une relation harmonique de 60° ou sextile entre ces deux planètes s’est installée complètement dès 1950.

Plus précisément, cette relation est restée parfaite avec des angles exacts de 60° tous les ans jusque dans les années 1960. Puis elle s’est renouée à nouveau de façon parfaite en 1980 pendant près d’une dizaine d’années. Et enfin, elle va à nouveau être exacte à partir de 2026 pendant près d’une dizaine d’années supplémentaires.

En résumé, nous avons une belle relation entre Neptune et Pluton de la fin de la dernière guerre mondiale jusque vers 2040, soit pendant environ une centaine d’années. Neptune étant par définition la planète du « social » et Pluton celle de la « croissance » ou de la « construction », une relation harmonique entre les deux a logiquement favorisé cette immigration et son accueil initialement favorable en Europe.

A présent, on voit bien que cette belle machine à importer des étrangers pose de redoutables problèmes. D’abord d’identité nationale ou européenne de façon générale, cette immigration de masse à partir de peuples et de cultures peu développés imposant par nature des modes de vie contraires aux traditions et habitudes du Vieux Continent. Contrairement à ce que l’on entend souvent, ce n’est pas tant un problème de religions différentes qui pose le plus grand problème, mais des antagonismes au niveau de la culture et surtout des modes de vie. Cela ne poserait pas un problème majeur si cette immigration était limitée car facilement intégrable, mais elle est devenue tellement massive qu’elle ne peut que conduire à des affrontements majeurs. De plus, la population africaine va augmenter de 25% au cours des prochaines années pour atteindre probablement 2 milliards d’individus, face à une Europe qui n’on compte qu’environ 500 millions. Or, quasiment tous les Africains souhaitent venir s’installer en Europe pour bénéficier de meilleures conditions de vie. Ce n’est évidemment pas tenable…

Par ailleurs, comme c’est le cas dans certains pays comme la France, cette immigration est avant tout sociale et liée au « regroupement familial », notion bien pudique pour ne pas souligner en réalité une chasse aux allocations sociales. Si l’on prend la France avec environ 550 000 migrants qui débarquent annuellement et dont même pas un tiers vient pour travailler, on peut facilement comprendre que le système social va rapidement exploser. Le nombre de femmes voilées s’accroît de façon majeure dans l’espace public et on sait évidemment qu’elles ne vivent évidemment pas de leur travail mais de celui des autres : elles ne cherchent qu’à multiplier leurs allocations au rythme de leurs multiples enfants… Ce parasitisme social n’est pas tenable et la Caisse des Allocations Familiales ne peut que faire faillite très rapidement.

Il y a cependant une prise de conscience devant ce danger évidemment mortel pour l’Europe. D’abord, il y a eu un choc entre Uranus et Pluton (carré de 90°), globalement sur la décennie 2010-2020. Une telle confrontation planétaire implique notamment un rejet de l’immigration par la volonté de préserver ses libertés et de ne pas accepter que des intrus prétendent dicter des règles qui leur sont propres et ne concernent en rien les pays d’accueil.

On a vu dans l’histoire à quel point les confrontations à Pluton ont pu permettre de préserver l’identité européenne. Ainsi, Charles Martel a vaincu les armées arabes autour de Poitiers en 732 en présence d’un carré Uranus-Pluton également. La Reconquista espagnole contre les mêmes Sarrasins ou arabo-berbères a duré 7 siècles… Mais elle s’est achevée le 2 janvier 1492 à Grenade par la reconquête du dernier bastion arabo-berbère, toujours en présence d’un carré Uranus-Pluton…

La confrontation Uranus-Pluton de la décennie 2010 a au moins permis une prise de conscience générale et aussi l’émergence ou le renforcement de partis politiques hostiles à cette immigration invasive et destructrice des principales valeurs européennes. C’était un premier pas…

A présent, nous avons depuis 2020 un phénomène de « concentration planétaire ». Autrement dit, les planètes qui déterminent les évolutions les plus importantes, c’est à dire les planètes dites « lourdes » de Jupiter à Pluton, sont actuellement regroupées sur un arc de cercle limité d’environ 110°. C’est peu par rapport aux 360° de l’arc zodiacal… Nous avons donc une concentration qui réunit sur un espace géométrique limité les planètes Jupiter, Saturne, Uranus, Neptune et Pluton qui déterminent les principales évolutions sur notre petite planète bleue.

Une telle concentration planétaire n’est jamais positive. Elle provoque au plan individuel comme collectif des replis sur soi, de l’égoïsme, des conflits et des guerres, des récessions économiques et un chômage souvent de masse. Comme par exemple en présence du même phénomène au début des années 1980 avec de nombreuses guerres régionales (Malouines, Iran-Irak, Afghanistan, Liban, etc.). En ce moment, nous avons par exemple l’invasion russe de l’Ukraine, des menaces de la Chine contre Taïwan et de nouvelles menées islamistes en Afrique…

Cette concentration planétaire, les planètes n’ayant aucune morale, a aussi à notre avis des effets positifs. Notamment, de faire rejeter l’invasion migratoire de plus en plus franchement par les peuples européens. En France, les sondages donnent tous une majorité de 70 à 80% contre cette immigration sauvage, d’une façon ou d’une autre, sur un sujet ou un autre.

Par ailleurs, on a vu que plusieurs pays européens, une majorité en fait de l’Union Européenne, a pris des mesures pour empêcher cette immigration ou porter au pouvoir des coalitions politiques anti-immigration : frontières établies ou renforcées en Grèce, Pologne, pays baltes, Tchéquie et Slovaquie, pays des Balkans; mesures radicales prises par le Danemark sous gouvernance social-démocrate ou arrivée au pouvoir de coalitions de partis de droite en Suède et en Italie…

Cette nouvelle majorité européenne est toujours méprisée par la Commission de Bruxelles au nom d’une idéologie folle et aveugle de soi-disant respect des droits individuels des migrants et de rejet de la volonté collective de toute l’Europe. Cette Commission est totalement déconnectée des peuples européens…

Avec la concentration planétaire actuelle qui va perdurer jusqu’en 2024, on peut seulement espérer un changement de cap radical de Bruxelles et aussi de certains pays comme la France ou l’Allemagne. Il reste environ 2 ans pour que des mesures soient enfin prises pour respecter les Européens comme il se doit et ne plus leur imposer la folie d’une immigration invasive et la spirale monstrueuse de la délinquance criminelle et des multiples gangs qui l’accompagne. A défaut, on peut penser que l’Europe sera totalement détruite.

A écouter aussi sur You Tube :

https://www.youtube.com/watch?v=DJ0xDnimoeg

Carte de la concentration planétaire actuelle au 10 décembre 2022 :

A quand la démocratie en Chine ?

La Chine dépend astrologiquement des cycles entre Saturne et Neptune, ainsi qu’entre Saturne et Pluton. Saturne a renouvelé son cycle avec Pluton en 2020, mais il faut surtout attendre un nouveau départ en 2026 avec Neptune, la planète qui représente si bien le socialisme et le communisme : cela pourrait enfin amener la démocratie dans l’Empire du Milieu.

Le président Xi Jinping a durci la dictature maoïste depuis son arrivée au pouvoir en 2013, même s’il a dû faire quelques concessions pour limiter la colère actuelle des Chinois contre sa politique zéro Covid et l’encadrement policier de toute la société. Cette contestation pour les libertés démocratiques peut se poursuivre et s’organiser, mais le plus probable est que la situation ne puisse vraiment évoluer qu’à partir de 2026.

La forte croissance économique depuis les débuts de la libéralisation de l’économie à la fin des années 1970 a permis l’émergence d’une classe moyenne nombreuse dans les grandes villes chinoises. C’est un terreau nécessaire et suffisant pour établir une démocratie moderne…

L’échéance principale se présente donc probablement en 2026 avec le renouvellement du cycle Saturne-Neptune, c’est à dire une conjonction de 0° entre les deux planètes. La République Populaire de Chine a été créée en 1949 et notre graphique ci-dessous montre bien que Saturne se situe entre Neptune et Pluton, formant ainsi la dominante astrale de ce pays.

A titre de repère supplémentaire, la Russie dépend également du cycle entre Saturne et Neptune : fondation du régime bolchevick sur la conjonction de 1917, mort de Staline sur celle de 1953 et effondrement de l’URSS sur la dernière de 1989 avec la chute du mur de Berlin… Bien sûr, la conjonction de 2026 entre Saturne et Neptune la concernera aussi et, probablement, cela signifiera au plus tard la fin du pouvoir de Vladimir Poutine.

Mais cela implique aussi des changements potentiellement profonds pour la Chine. Lors de la dernière conjonction de 1989, il y avait eu les manifestations démocratiques et anti-corruption place Tian’anmen à Pékin qui ont été sauvagement réprimées. Et lors de celle de 1953, ce fut le tournant vers la collectivisation généralisée. C’est aussi l’année de naissance du président actuel, XI Jinping, marqué lui aussi par ce cycle Saturne-Neptune qui est propre aux régimes communistes…

En résumé, il est peu probable que la contestation du régime stalinien chinois puisse actuellement déboucher sur de grands changements positifs et démocratiques. Mais sur les prochaines années et notamment avec cette grande échéance de 2026, une transition démocratique va devenir une hypothèse possible. En tout cas, c’est un jalon potentiellement historique qui va se présenter pour l’histoire de la Chine.

Sur YouTube en vidéo :

https://www.youtube.com/watch?v=hFojmR7KjZQ

Carte du ciel de la fondation de la République Populaire de Chine en 1949 :

Le ciel va-t-il tomber sur la tête de Macron ?

Le thème astrologique d’Emmanuel Macron est très négatif et on peut se demander s’il ne va pas subir de magistrales déconvenues, revers, échecs ou révélations destructrices. Cela pourrait éventuellement être lié au scandale financier McKinsey ou à d’autres affaires…

Le 24 novembre, le Parquet National Financier (PNF) a annoncé 2 instructions judiciaires sur le financement potentiellement illégal des campagnes présidentielles de Macron en 2017 et 2022. En cause, une sorte de pacte possible de corruption entre le président et le cabinet de conseils McKinsey, ce cabinet n’ayant pas payé d’impôts pendant 10 ans et ayant bénéficié de contrats juteux avec l’État français, jusqu’à près d’1 milliard d’euros sur la seule année 2019 et plus d’1 milliard en 2021.

Ce 24 novembre précisément, Uranus formait un demi-carré négatif « exact » avec le Jupiter natal d’Emmanuel Macron. Le président semble avoir été pris par surprise par la décision du PNF et, le lendemain, ses explications étaient visiblement embarrassées.

Nous faisons peu d’astrologie individuelle dans nos analyses qui sont à la base axées sur des problèmes collectifs. Mais le thème du président Macron est suffisamment caricatural en ce moment pour que l’on s’y risque pour une fois. Nous l’avions déjà souligné l’été dernier…

Actuellement et sur les 4 mois à venir, Uranus (en conflit mondial avec Saturne de surcroît…) va évoluer entre 14 et 16° seulement dans le signe du Taureau. Ce faisant, il va donc se situer très agressivement sur la Lune natale de la carte natale de Macron ci-dessous. Or, la Lune, pour un dirigeant politique c’est notamment la popularité… Par ailleurs, cet Uranus sera également globalement au demi-carré précis de Jupiter (l’expansion et les affaires économiques d’un individu…), au carré non moins négatif de Mars (l’action), au sesqui-carré non moins mauvais de sa conjonction natale Soleil-Mercure (l’énergie vitale de la personne) et en opposition frontale à son Uranus natal (sa créativité notamment).

Il est donc intéressant de constater que ce détestable Uranus actuel « risque » fort d’activer la principale configuration négative du thème natal d’Emmanuel Macron. Et ce n’est pas rien, puisque sont réunies de façon négative par nos traits rouges 6 planètes ou astres sur les 10 que l’on étudie dans un thème natal : le Soleil, Mercure, la Lune, Jupiter, Mars et Uranus…

Ce faisant, on peut se demander si, potentiellement au moins, ce qui se passe en ce moment ne pourrait pas constituer pour Emmanuel Macron une étape décisive dans sa vie, politiquement évidemment et peut-être aussi au plan personnel. En tout cas, on est au moins fondés à se demander si le ciel ne va pas s’abattre sur la tête du président !

L’affaire McKinsey peut très bien correspondre à un scandale financier majeur, les liens entre Macron et les dirigeants de ce cabinet remontant à 2007 avec de nombreux échanges de postes et promotions de macroniens chez McKinsey ou de dirigeants du cabinet de conseils dans l’administration publique grâce à Macron. Ces procédés ne sont évidemment pas normaux.

On peut donc imaginer un possible schéma de corruption, le PNF disant étudier des délits de « favoritisme » et « recel de favoritisme » :  McKinsey aurait financé les campagnes électorales présidentielles de 2017 et 2022 du candidat Macron; et en échange, McKinsey aurait bénéficié de juteux contrats pour des montants records jusqu’à plus d’1 milliard d’euros par an entre 2017 et 2022. Le cabinet aurait également profité d’une coupable collusion pour le non-paiement d’impôts pendant 10 ans. Et aussi, dans cette liste déjà longue, de nominations diverses et variées dans l’État français, notamment celle si bien payée à la tête de l’école Polytechnique en 2018 du dirigeant français de McKinsey, Éric Labaye…

Pour le moment, il n’y a aucune preuve contre le président Macron et on en est encore au stade de la politique-fiction. Mais si cela devait se concrétiser d’une façon ou d’une autre, cela impliquerait que les élections présidentielles de 2017 et 2022 auraient été manipulées et l’issue des deux scrutins rendus insincères. On imagine la portée politique d’un tel scandale, surtout dans le contexte actuel de déliquescence française à un stade avancé.

On peut cependant se demander quel est le rôle exact du PNF, dont les interventions sont bien sulfureuses. Cela a commencé avec l’affaire Fillon et les emplois bidon de sa femme qui était cousue de fil blanc, cela continue aujourd’hui avec la mise en cause pour des raisons similaires du député LR Éric Ciotti à la veille de l’élection du nouveau président de LR… Et en revanche, aucune enquête contre la ministre Agnès Pannier-Runacher, pourtant très gravement mise en cause pour détenir via ses enfants mineurs des comptes illégaux dans des paradis fiscaux, qui plus est liés au groupe pétrolier Perenco alors qu’elle est censée promouvoir… les énergies vertes à son ministère de la Transition Énergétique !

De deux choses l’une en résumé avec ce PNF plus idéologique que juridique : soit le PNF prétend ouvrir une enquête pour mieux l’enterrer dans quelques semaines; soit il veut réellement investiguer sérieusement, ce qui pourrait alors constituer une sorte de vengeance posthume de François Hollande contre son ancien ministre, puisque c’est lui qui a mis en place ce PNF avec des magistrats bien dévoués à la gauche et ses nombreuses manipulations politiques… Dans ce second cas, au moins les enquêtes seraient-t-elles menées à leur terme.

En tout cas, cette affaire mérite d’être suivie avec attention car elle pourrait peut-être conduire au plus grand scandale politique des différentes Républiques françaises. A ce titre, nous avons déjà souligné à plusieurs reprises que la France vibre essentiellement au rythme du cycle planétaire entre Jupiter et Neptune. Ce cycle est en phase de renouvellement (conjonction de 0°) depuis le printemps dernier, comme tous les 13 ans environ.

Or, les conjonctions Jupiter-Neptune conduisent souvent à des changements politiques radicaux, dont voici quelques exemples rapides : prise du pouvoir par le futur empereur Charlemagne en 768; démission du président Paul Deschanel en 1920 pour troubles psychologiques; fondation de la 1ère République en 1792, puis de la 4ème République en 1946 et de la 5ème en 1958; démission du Premier ministre Jacques Chaban Delmas en 1972 pour non-paiement d’impôts; victoire inattendue des socialistes aux législatives de 1997 et nomination par le président conservateur Chirac à contre-coeur de Lionel Jospin à la tête du gouvernement.

Et aujourd’hui ? Pour le moment, on a assisté à un virage à gauche d’Emmanuel Macron, remplaçant à Matignon l’ex-LR Castex par l’ex-socialiste Borne. On est passé du centre-droit au centre-gauche… Il n’y a plus non plus de majorité macronienne absolue à l’Assemblée Nationale et le président songerait à la dissoudre, mais les sondages donnent des résultats assez voisins des scores de juin dernier. Il y a bien eu des changements, mais ils sont assez mineurs pour la politique suivie.

En tout cas, d’ici le printemps prochain à peu près, des changements politiques de première importance demeurent possibles. La France est sans doute en train de toucher le fond dans tous les domaines possibles, qu’il s’agisse d’immigration, de criminalité, d’hyper-fiscalité, d’énergie, de santé publique, d’éducation, etc. Il est possible que cette crise profonde et inquiétante finisse par déboucher sur des bouleversements inattendus. Pour le meilleur ou pour le pire en l’occurrence…   

En vidéo également sur YouTube :

https://www.youtube.com/watch?v=491mYPYG2yw

Carte du ciel d’Emmanuel Macron, né le 21 décembre 1977 à Amiens à 10h40 :

L’effondrement français

Depuis 40 ans, la France sombre doucement. Mais à présent, elle s’effondre brutalement dans tous les domaines. Le cycle Jupiter-Neptune va-t-il lui permettre de remonter la pente ?

C’est en avril dernier que le cycle planétaire le plus influent pour la France, entre Jupiter et Neptune, s’est renouvelé par le biais d’une conjonction de 0° entre ces deux corps célestes. Le plus souvent, ce nouveau cycle signifie un nouveau départ et un changement politique conséquent. Comme la nomination du socialiste Lionel Jospin au poste de Premier ministre en 1997, ce qui n’était pas du tout prévu initialement par le président de l’époque, le conservateur Jacques Chirac.

Pour le moment, on peut simplement observer un virage à gauche du président Macron : il a nommé Premier ministre une ex socialiste Elisabeth Borne à la place d’un ex conservateur LR Jean Castex. On voit également le virage à gauche dans le laxisme politique vis à vis d’une immigration invasive, le refus de voir la réalité en face dans tous les domaines qui fâchent, l’un des plus caricaturaux étant évidemment le lien entre invasion migratoire et hausse exponentielle de la criminalité.

Jupiter et Neptune ont formé une conjonction en avril dernier, mais Jupiter ne s’est pas beaucoup éloigné de Neptune, en gros d’une dizaine de degrés seulement et en ce moment de 8°. Ce n’est pas beaucoup et on peut en fait se demander si tous les changements potentiels de cette conjonction pour la politique française ont bien été enregistrés.

Jupiter va à nouveau s’éloigner de Neptune à partir de ce que l’on appelle une « ascension droite » qui va avoir lieu le mercredi 23 novembre. Ce faisant, on pourra se dire que la conjonction entre les deux planètes sera franchement effectuée sur les prochains mois, notamment à partir de février ou mars au plus tard.

Dans ces conditions, on peut se demander si la franche réalisation de cette conjonction planétaire ne va pas induire d’autres changements politiques pour la France. Et dans ce cas, des changements plus conséquents qu’un simple passage de témoin entre le centre-droit et le centre-gauche du printemps dernier.

On sait qu’Emmanuel Macron aimerait bien dissoudre l’Assemblée Nationale pour retrouver une majorité absolue qu’il a perdu aux législatives de juin dernier. Mais pour le moment, les sondages indiquent que des législatives anticipées donneraient le même résultat peu ou prou et qu’il n’y aurait toujours pas de majorité présidentielle absolue.

En tout cas, vu le délabrement profond du pays dans tous les domaines, on peut se demander comment la situation peut se poursuivre sans changements notables : l’immigration est devenue invasive et sans aucune règle pour renvoyer les indésirables, la criminalité explose chaque jour d’avantage, les services de santé sont en état de mort cérébrale, l’électricité subira sans doute des coupures pendant l’hiver comme dans les pays du tiers-monde, aucun service public ne fonctionne normalement, la fiscalité est devenue une hyper-fiscalité complètement folle à l’image des hausses de +52% des impôts locaux à Paris, les déficits et les dettes publiques diverses et variées atteignent chaque jour de nouveaux sommets destructeurs, etc.

Cerise sur le gâteau, l’exécutif macronien bat tous les records de mensonges et de corruption. Le porte-parole du gouvernement, l’ex socialiste Olivier Véran, est celui qui a tant menti pendant la pandémie de Covid-19, son chef d’oeuvre ayant été d’affirmer que les masques ne servaient à rien parce qu’il n’y en avait pas… Actuellement, la ministre de la Transition énergétique est mise en cause pour détenir des fonds au nom de ses enfants mineurs dans des paradis fiscaux et d’être liée au groupe pétrolier Perenco : un comble pour une énarque qui fait officiellement la promotion d’une écologie plutôt intégriste. Mais elle est toujours en poste…

On va donc voir sur les mois à venir si des changements politiques conséquents sont encore possibles ou non. La réponse à la question ne va pas de soi et on ne peut pas être affirmatifs dans un sens ou dans l’autre. On peut au moins se poser la question…

En vidéo également sur Youtube :

https://www.youtube.com/watch?v=oyymANjdo-U

Carte du ciel du mercredi 23novembre, quand Jupiter, vu de la Terre uniquement, reprend sa marche en avant dans le ciel :

La nouvelle ère nucléaire

La crise énergétique actuelle relance l’intérêt pour l’énergie nucléaire, d’autant plus que les centrales de dernières générations sont beaucoup plus propres et émettent fort peu de déchets. On peut remercier Pluton qui est à la base de l’énergie nucléaire !

Pour s’en convaincre facilement, il suffit de passer rapidement en revue les grandes dates concernant l’énergie nucléaire. On voit notamment qu’un « bon » Pluton est très constructif pour l’humanité; et qu’à l’inverse, un « mauvais » Pluton mène à des revers ou même des tragédies.

– Le premier réacteur nucléaire a été construit aux Etats-Unis en décembre 1942, profitant d’une belle relation (sextile positif de 60°) entre Uranus et Pluton, ainsi que d’un autre sextile en progression entre Neptune et Uranus.

– Les deux bombes atomiques qui ont détruit Hiroshima et Nagasaki au Japon en 1945 ont été lancées lors d’une confrontation (carré négatif de 90°) entre Jupiter et Pluton.

– La première centrale nucléaire civile proprement dite a ensuite vu le jour en juin 1954 dans l’ex URSS en présence d’un demi-sextile favorable (angle positif de 30°) entre Uranus et Pluton, ainsi que surtout d’un sextile parfait (angle positif de 60°) entre Neptune et Pluton.

– Les grands programmes de construction de centrales nucléaires ont eu lieu dans les années 1960 et 1970, profitant du meilleur de la relation entre Uranus et Pluton par le biais d’une conjonction positive de 0° qui a renouvelé le cycle entre ces deux planètes au milieu des années 1960. On ne pouvait pas faire plus positif pour Pluton…

– Le drame de Tchernobyl en Ukraine en 1986 a eu lieu lors de la première confrontation (demi-carré négatif de 45°) entre Uranus et Pluton de son nouveau cycle qui a débuté au milieu des années 1960.

– A la fin des années 1990, boucle à nouveau positive entre Uranus et Pluton avec un joli sextile de 60° : une nouvelle génération de centrales nucléaires apparaît, plus performantes et produisant moins de déchets radioactifs. Ce sont les EPR bien connues ou Réacteur Pressuré Européen.

– En mars 2011, la centrale japonaise de Fukushima explose. Pluton est à ce moment agressé directement par Jupiter et Saturne qui sont en opposition (angle négatif majeur de 180°) et à l’approche d’un carré non moins négatif (angle de 90°) entre Uranus et Pluton.

– De 2012 à 2017, mauvaise relation Uranus-Pluton (carré négatif de 90°). Les revers s’accumulent pour le nucléaire civil. Les EPR connaissent des retards importants de construction et des surcoût élevés. L’intégrisme écologique influence gouvernements et partis politiques et le nucléaire civil, après le drame de Fukushima en 2011, n’ a plus la cote. Cette période engendre de monstrueux retards pour la maîtrise de l’énergie électrique, qui se paye aujourd’hui avec la crise mondiale actuelle.

– En 2022, cette crise énergétique est provoquée par l’invasion russe de l’Ukraine et la gestion corrompue des besoins énergétiques du Vieux Continent par la Commission Européenne. Différents gouvernements européens portent aussi une lourde responsabilité, notamment l’Allemagne où la Russie a pu acheter nombre de responsables pour promouvoir la vente de son gaz à l’Europe.

L’énergie nucléaire revient ainsi sur les devants de la scène avec les projets d’EPR 2, encore plus performants, plus sûrs et produisant encore moins de déchets… Différents projets naissent, notamment au Japon, en Grande-Bretagne, en France, en Chine, etc.

On est déjà actuellement sous l’influence d’une puissante relation favorable (trigone positif de 120°) entre Uranus et Pluton, ainsi qu’entre Neptune et ce même Pluton (angle favorable de 60°). Les premiers angles « exacts », réunissant le trio Uranus-Neptune-Pluton, auront lieu en 2026, également soutenus par Saturne. Il seront suivi de plusieurs autres avec une influence globale s’étalant largement au-delà de 2030.

Nul doute que l’industrie nucléaire va être révolutionnée sur les années à venir. On peut même penser que l’installation des EPR 2 va être plus rapide que ce qui est aujourd’hui prévu…

On peut aussi envisager que les recherches sur la fusion nucléaire puissent aboutir, notamment avec le projet de recherches internationales Iter en France, mais aussi grâce à d’autres projets actuels d’études. Ce serait alors une découverte énergétique majeure avec des centrales sans aucun danger, produisant une énergie abondante, très bon marché et sans aucun déchets. Les applications pourraient aussi être multiples : logements, automobiles, réseaux ferrés, aviation, transports maritimes, etc.

Rendez-vous, peut-être en 2026, pour le progrès majeur de la fusion nucléaire ! C’est demain…

Et en vidéo sur Youtube :

https://www.youtube.com/watch?v=CPBXXMuZmiE

Carte du ciel de la superbe relation Saturne-Uranus-Neptune-Pluton en juillet 2026 :  

Du gauchisme au…terrorisme !

Les partis et les idées de gauche dépendent de Neptune… Avec un bon Neptune, on obtient des mesures sociales intelligentes notamment. Mais avec un mauvais Neptune, on sombre dans le gauchisme et, au bout du compte, parfois même dans le terrorisme.

De 2017 jusqu’au printemps dernier, on a eu un long conflit entre Uranus et Neptune avec un mauvais angle de 45° ou demi-carré. On avait eu la même confrontation dans les années 1970 qui, au lendemain de l’année si contestataire de 1968, avait vu proliférer tous les mouvements gauchistes les plus divers. On avait vu émerger aussi bien le mouvement hippie que différents groupes trotskystes, maoïstes ou populistes.

Aujourd’hui, la situation n’est pas identique mais très similaire. On a le mouvement woke et sa pensée unique avec la prolifération de la mauvaise écriture inclusive, l’antiracisme primaire qui prétend réécrire l’histoire, et enfin des mouvements gauchistes et surtout écologistes intégristes de plus en plus agressifs et violents.

A la fin des années 1970, le conflit Uranus-Neptune était comme aujourd’hui dépassé. Il n’est quasiment rien resté des communautés hippies et les groupes d’extrême-gauche ont vu leur influence disparaître ou se réduire considérablement. Sur un plan tragique, les excès de la gauche au Chili ont mené à la dictature sanglante du général Pinochet.

Aujourd’hui, on peut se dire qu’il ne restera pas grand-chose d’ici quelques années de tous les délires wokes actuels. En France particulièrement, il n’est pas sûr que La France Insoumise de Jean-Luc Mélenchon parvienne à continuer à faire partie du paysage politique.

En résumé, les illusions, les rêves et les manipulations de nature « gauchiste » devraient donc s’effondrer. Comme dans les années 1970… Mais la suite peut apporter les mêmes problèmes qu’il y a 50 ans environ : l’effondrement du gauchisme avait alors créé une profonde amertume chez les gauchistes et entraîné la naissance de groupes… terroristes ! Le phénomène avait été mondial : Action Directe en France, les Brigades Rouges en Italie, la bande à Baader en Allemagne, l’Armée Rouge Japonaise et même le développement de l’ETA en Espagne et de l’IRA en Irlande avec des attentats sanglants et des assassinats.

Aujourd’hui, le même phénomène est visiblement en train de se développer depuis plusieurs années. Des groupes violents se constituent un peu partout devant l’échec de leurs idées à conquérir les masses. Rien qu’en France, on a le phénomène des « Black Blocs » qui n’ont guère d’idées mais un certain talent à manier les barres de fer, les mortiers d’artifice et les cocktails Molotov. On a aussi des groupes de racailles de banlieue qui sont du même acabit avec le trafic de drogue en prime et on a enfin des groupuscules écologistes qui fleurissent partout avec des procédés non moins violents et agressifs.

De tout ce petit monde de violences diverses et variées, on peut évidemment redouter la formation de vrais groupes armés terroristes et clandestins. Cela constituerait un nouveau drame, sachant que tous les groupes terroristes des années 1970 ont perturbé leurs pays respectifs pendant au minimum une dizaine d’années avec leurs attentats, kidnappings, tortures et séquestrations, détournements d’avions, etc.

A mesure que le gauchisme « woke » actuel va subir échecs et déconvenues, on risque donc de voir se structurer différents groupuscules terroristes d’extrême gauche et surtout sans doute écologistes. Le mouvement semble déjà en cours depuis plusieurs années, il ne reste plus à la fermentation actuelle qu’à se transformer en émergence de véritables agences terroristes.

Article en vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=BIsUnpeZbaw

Carte du ciel au 5 novembre 2022, qui montre que le conflit Uranus-Neptune ou angle de 45° est désormais dépassé et atteint près de 55° :